Archive

Archives pour la catégorie ‘Violence’

Transformé

27/09/2015
Commenter

Saul ne pensait qu’à menacer et à tuer les disciples du Seigneur […] dans les synagogues, il se mit tout de suite à proclamer que Jésus est le Fils de Dieu.
Actes 9.1 et 20

reading-684745_640Un vieux missionnaire raconte : « Dieu m’envoya à Mexico pour y annoncer l’Évangile. Deux ans après mon arrivée, mon collaborateur fut assassiné, percé de balles. Un autre chrétien qui était chez lui fut adjuré par le bandit Chrisanto Zebeda de renier la foi évangélique. Il refusa. Alors le bandit le descendit, puis quitta la ville quelque temps. À son retour, il demanda si les hérétiques étaient partis.
– Non, ils sont toujours plus nombreux et, ce soir même, ils se réunissent encore.
– Nous avons tué leur chef, on se chargera bien des autres. J’irai moi-même à cette réunion. Si j’en jette quelques-uns par la fenêtre, vous vous occuperez d’eux pour les achever !
Le bandit s’y rendit donc. Mais ce jour-là, l’orateur se contenta de citer des versets bibliques. Chrisanto fut de plus en plus attentif. À la fin, il demanda à l’orateur : – Tu as constamment lu dans un grand livre. Peux-tu me le prêter ?
On lui donna un Nouveau Testament. Il dit : – Je lirai tout ce livre : si j’y trouve quoi que ce soit d’hérétique, je viendrai et je vous tuerai tous.
Il rentra et s’enferma dans sa chambre. Au bout d’une semaine, il avait lu tout le livre. Il était devenu un homme nouveau. Plus tard, il a annoncé l’Évangile. On l’appelait le “Saul de Tarse mexicain”. Il a été le plus intrépide des évangélistes du pays.

Alfred Kuen

__________________
Lecture proposée : Actes des Apôtres, chapitre 9, versets 1 à 21.

 

Categories: Conversion, Violence Tags:

Des charbons ardents

18/08/2011
Commenter

Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger. S’il a soif, donne-lui à boire, car ce sont des charbons ardents que tu amasses sur sa tête.
Proverbes 25.21-22

À la caserne, dans la chambrée, un soldat chrétien s’agenouillait chaque soir au pied de son lit pour prier. Un soir qu’il était en prière, un de ses voisins, par moquerie, empoigna sa botte maculée de boue et la lança sur son camarade. Elle aboutit sur sa tête, la faisant vaciller.

Le lendemain matin, quand l’utilisateur de cette botte voulut la reprendre, il la trouva nettoyée et cirée.
– J’en fus stupéfait, avoua-t-il plus tard. J’ai été amené à rechercher qui était celui qui pouvait pardonner à un gars tel que moi.

En fait, le comportement de sa victime l’avait laissé mal à l’aise, comme si celui-ci avait laissé tomber des brandons de charbon incandescents sur sa tête. Maintenant, mal à l’aise, il en souffrait. Il ne pouvait plus rester ainsi. Il ressentait un sentiment insupportable de honte et de regret. C’est ainsi qu’il alla trouver son camarade, sa victime, pour lui demander comment il avait pu manifester une telle attitude et une telle mesure de pardon. Il s’humilia de tout son cœur devant son voisin de chambrée et devant Dieu, et il ouvrit son cœur à Jésus.

Ne laissons pas les charbons ardents s’accumuler sur notre tête et nous faire souffrir si nous sommes écrasés par le remords. Au contraire, pour en être libérés, réglons notre problème au plus tôt. Nous serons délivrés de tout remords.

Lucien Clerc

_______________
Lecture proposée : Livre des Proverbes, chapitre 25, versets 21 à 28.

Categories: Péché, Violence Tags:

Violence gratuite

10/06/2011
Commenter

Là-dessus, ils lui crachèrent au visage, et lui donnèrent des coups de poing et des soufflets.
Matthieu 26.67

Lors de la journée du patrimoine, je suis allé visiter le site des ruines du château de Coucy-le-Château. Dans le musée attenant, des photos montrent le château en 1914. Quatre tours et un donjon magnifique sont encore visibles sur le site. Mais en 1917, lors de la débâcle, les soldats allemands passant par Coucy ont dynamité les tours et le magnifique donjon dont il ne reste plus qu’un tas de pierres. À la vue de ces actes de destruction gratuits, le cœur s’indigne. Fallait-il vraiment ajouter cela aux dégâts occasionnés par la guerre ? À quoi le dynamitage de ce site servait-il, sinon à causer une peine inutile aux habitants de la ville ?

Tel est l’homme ! Livré à lui-même, sans la crainte d’un châtiment pour le mal qu’il commet, nul doute qu’il y ajoutera la violence gratuite plutôt que la retenue. Jésus en a fait les frais lors de son procès. Même s’il avait été coupable, en quoi les coups, les crachats étaient-ils utiles pour que justice soit rendue ? Comme à Coucy, toute la laideur du cœur humain s’est montrée dans la haine qui s’est manifestée contre sa personne. Si Jésus a subi cela, c’est pour que le pardon de Dieu soit accessible à tous. Oui, même la violence et les crimes gratuits peuvent être effacés devant Dieu par la mort de Jésus. Vous qui êtes concernés, approchez-vous de Lui pour reconnaître vos forfaits. Dans votre cœur, vous l’entendrez vous dire :  “Je ne te condamne pas ; va et ne pèche plus.”1

Gilles Georgel

1 Jean 8.11

______________
Lecture proposée : 1ère lettre de Pierre, chapitre 2, versets 21 à 24.

Categories: L'homme, Violence Tags:

Bataille de prêtres à Bethléem

22/12/2010
Commenter

Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. Luc 2.14

Peu après les fêtes de Noël 2007 une bagarre générale a éclaté dans la basilique de la Nativité, à Bethléem, entre prêtres grecsorthodoxes et arméniens. Les premiers avaient installé des échelles pour nettoyer les murs et les plafonds du lieu saint qui relèvent de leur responsabilité, empiétant ainsi sur la partie de l’église contrôlée par les prêtres arméniens. Pendant plus d’un quart d’heure, une cinquantaine de religieux en robes noires se sont affrontés en hurlant, à coups de balais et de barres de fer avant que la police palestinienne n’intervienne. Bilan : 5 prêtres et 2 policiers blessés et hospitalisés.

S’il est un lieu où la paix et la concorde devraient régner entre les hommes, c’est bien en cet endroit et en ce temps où l’on commémore la naissance du Fils de Dieu ! Les anges dans le ciel avaient alors annoncé la paix sur la terre.

Encore faut-il avoir réellement entendu ce message et accueilli le Fils de Dieu dans son cœur. Cela passe par une démarche d’humilité et de repentance, le désir sincère de changer de comportement. Recevoir Jésus c’est devenir son disciple et se faire serviteur des autres… Toutes nos batailles humaines ne reflètent que notre besoin de recevoir réellement dans notre cœur le Prince de la paix, Jésus-Christ.

L’hôtellerie de votre cœur a-t-elle une place pour accueillir le Fils de Dieu ?

Bernard Grebille

—————————————————

Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 2, versets 1 à 20.

Categories: Faits divers, Violence Tags: