Archive

Archives pour la catégorie ‘Vie sociale’

Trop occupé pour écouter ?

04/02/2017
Commenter

Celui qui écoute ce que je dis, et qui place sa confiance dans le Père qui m’a envoyé, possède dès à présent la vie éternelle.
Jean 5.24

sunrise-670234_640Par ce bel après-midi ensoleillé de février, je suis sortie me promener dans des rues calmes et arborées. La neige scintillante fond silencieusement au soleil, et j’entends les oiseaux chanter. J’aime écouter les petits bruits de la nature, loin du vacarme de la ville ou des grands axes. Cela me fait un grand bien. En effet, je suis souvent trop occupée pour pouvoir faire silence et entendre des sons bienfaisants. Même en dehors du travail, les actualités, les mails et autres messages déferlent dès que j’ouvre l’ordinateur. Des questions demandant des réponses urgentes me préoccupent. Dans les rues de la ville, des bruits de moteur, de klaxons, des cris, des drôles de musiques vous accompagnent…
N’est-ce pas trop souvent le cas pour chacun ? On n’est jamais seul ! On ne peut plus faire silence. Le calme devient même angoissant pour certains. Dans ce contexte, est-il encore possible d’écouter Dieu ?
Essayez de vous soustraire à ce vacarme constant pour faire silence devant Lui, priez-le et entendez le message d’amour important qu’il veut vous transmettre. Ce message se trouve dans la Bible, l’évangile de Jean plus précisément. Lisez-le, même à haute voix afin de l’écouter, de faire confiance à Dieu pour connaître son pardon et la vie éternelle !

Martine Fleck

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 5, versets 24 à 30.

 

Categories: Écoute, Vie sociale Tags:

Divorce explosif

10/11/2014
Commenter

Celui qui est prompt à la colère fait des sottises, et l’homme plein de malice s’attire la haine.
Proverbes 14.17

Un entrefilet de presse titrait « Divorce explosif ». Une Chinoise, qui voulait se venger de son mari qui avait demandé le divorce, a fait exploser l’immeuble où il habitait, causant sa mort et celle de huit autres personnes.
Il ne s’agit pas ici de faire de la morale, mais, si cette jeune femme avait un différent grave avec son mari, il ne méritait certainement pas de mourir, en particulier pas de cette façon. Et encore moins les huit autres personnes non concernées par leur querelle !
Si ce fait divers est exceptionnel, il n’est pas rare pour autant que des personnes souffrent à cause des agissements des autres. Combien d’innocents sont victimes d’un accident de la circulation provoqué par un chauffeur ivre ou drogué ! Et que dire de ceux qui sont victimes de vols, de viols… Nous pourrions trouver bien d’autres exemples.
Ce que je voudrais souligner, c’est que nous ne sommes pas seuls au monde. Nos actes ou nos comportements ont parfois des conséquences dramatiques pour d’autres.
Prenons-en conscience, et faisons attention à nos façons d’agir, en particulier celles qui occasionnent une gêne autour de nous. Savoir se maîtriser est une nécessité pour vivre en société. N’est-ce pas aussi une façon de manifester notre amour pour le prochain ?

Bernard Delépine

________________
Lecture proposée : Évangile selon Marc, chapitre 12, versets 28 à 34.

Categories: Relations, Vie sociale Tags:

Toujours gagnant…

02/07/2014
Commenter

Est-on pur avec des balances fausses et avec de faux poids dans le sac ?
Michée 6.11

Cueillette de fraises, ce matin. Nous arrivons dans le champ avec nos cagettes qui sont pesées vides.
Deux heures plus tard, elles sont remplies de ces beaux fruits rouges parfumés. Nous repassons à la pesée. Là, je constate que la fermière n’avait noté que le poids d’une cagette vide au lieu de deux. Je le lui fais remarquer et elle me remercie. Je lui prends également des asperges, il y a deux cents grammes en plus qu’elle ne compte pas, et avant de partir, elle nous donne une botte d’oignons nouveaux. Notre honnêteté nous a fait gagner plus que le poids de la cagette, ainsi que la confiance de la fermière et la conscience tranquille !
Dans la Lecture proposée, nous voyons Zachée, chef des péagers, qui avait la réputation de gonfler le montant des impôts pour s’enrichir. Après avoir entendu Jésus, il a compris le message et il redonne ce qu’il a pris indûment et distribue une partie de ses biens aux pauvres. Quel soulagement pour lui ! Il n’a plus rien sur la conscience, il a retrouvé la paix… et le salut est entré dans sa maison.
On peut toujours tromper les autres en “oubliant” ou en faisant semblant de rien… Mais ne me dites pas qu’alors la conscience ne titille pas ! « Oui ! mais c’est une si petite chose, ça ne va pas leur manquer… » s’excuse-t-on.
On a tout à gagner à être honnête : la confiance en soi et la confiance des autres… sans compter de nombreuses autres bonnes choses.

Danièle Delépine

_________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 19, versets 1 à 10.

Categories: Relations, Vie sociale Tags:

Le denier de César

14/11/2013
Commenter

Jésus leur dit alors : Rendez donc à César ce qui revient à César, et à Dieu ce qui revient à Dieu.
Matthieu 22.21

Les pharisiens, qui cherchent à prendre Jésus en défaut, lui demandent s’il est juste de payer l’impôt à l’empereur romain. Si Jésus répond oui, il peut alors passer aux yeux des Juifs pour un partisan de l’occupant. S’il répond non, il fait preuve d’insoumission envers l’autorité politique et donne motif à l’arrêter. En traitant d’hypocrites ses détracteurs, Jésus montre bien qu’il n’est pas dupe de leur manœuvre. Il leur demande ensuite de lui montrer la monnaie avec laquelle on paie l’impôt. Sur le denier, petite pièce en argent, qu’ils lui présentent, figure l’effigie de l’empereur, à cette époque Tibère, avec l’inscription « Tibère César Auguste Fils du Divin Auguste ». Cette inscription est une offense pour les Juifs du fait du culte dont l’empereur romain divinisé était l’objet.
Par sa réponse Jésus fait la part des choses entre l’autorité politique de César et l’obéissance civique qui lui est due, et la souveraineté de Dieu, véritable maître de la terre, le seul qui doit être adoré.
En tant que citoyen nous devons nous soumettre à nos autorités civiles et respecter les lois de notre pays. Cependant cette obéissance est seconde par rapport à l’obéissance que nous devons en tout premier à Dieu et à sa volonté, telle qu’elle s’exprime dans sa Parole.

Bernard Grebille

_______________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 22, versets 15 à 22.

Categories: Relations, Vie sociale Tags:

Conséquences

12/10/2011
Commenter

Les pères ont mangé les raisins verts et les dents des enfants ont été agacées.
Ézéchiel 18.2

Ce proverbe hébreu nous rappelle combien est grande la conséquence de nos choix, non seulement au niveau familial, mais aussi auniveau social, politique ou économique.

Aujourd’hui nous nous insurgeons contre l’exclusion, contre le chômage, contre la violence, contre la pollution… Confrontés à ces problèmes nous parlons de phénomènes de société sans vouloir en reconnaître la véritable origine.

La source de ces difficultés, mise en évidence, est surtout dans les changements survenus dans : l’éducation familiale, l’exemple donné par les parents, l’autorité exercée par le père dans son foyer, l’attention de la mère pour élever ses enfants, les motivations des choix des parents, l’enseignement de la morale sociale et spirituelle. La liberté individuelle n’est pas tout.

Quand le prophète Ézéchiel rappelle le proverbe ci-dessus, il prévient déjà les hommes des risques qu’ils prennent par chacun de leurs choix. Combien cette vérité se vérifie aujourd’hui ! Le progrès a changé beaucoup de choses, mais l’homme est resté le même dans sa nature profonde.

Dieu, de qui Ézéchiel est le prophète, appelle à un changement d’attitude. Dans ce même texte, Dieu insiste : foncer imperturbable dans la même voie mène à la mort éternelle. Convertissez-vous et vous vivrez.1 Il nous invite donc, d’une manière directe à faire demi-tour, à changer d’attitude, à regarder et à réformer notre morale et nos centres d’intérêts.

Bernard Doise

1 Ézéchiel 18.32

______________
Lecture proposée : Livre du prophète Ézéchiel, chapitre 18, versets 1 à 24.

Categories: Choix, Vie sociale Tags: