Archive

Archives pour la catégorie ‘Saint-Esprit’

Pentecôte

04/06/2017
Commenter

Puisque vous êtes bien ses fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils qui crie : Abba, c’est-à-dire « Père ».
Galates 4.6

Nous étions assis sous le toit en feuilles de bananiers de la chapelle, en plein milieu de la forêt équatoriale, à quelques kilomètres de Bangui. Je ne connaissais pas ces chrétiens qui nous accueillaient dans leur village de huttes. Mais ils avaient tenu à nous chanter quelques cantiques en swahili. Leurs belles voix montaient vers le ciel en un vibrant et émouvant hommage à Dieu.
Mais nous saisissions qu’un même Esprit animait leurs cœurs et le mien, malgré tout ce qui nous différenciait, par la foi en un même Dieu et père, par Jésus-Christ.
La Pentecôte chrétienne est célébrée en souvenir du jour où Dieu a envoyé le Saint-Esprit promis sur les disciples de Jésus. Par la puissance du Saint-Esprit, ils parlèrent des choses que Dieu avait accomplies. Des personnes, venues à Jérusalem de divers pays pour la fête juive des Semaines, accoururent. Et chacun les entendait dans sa propre langue. Miracle qui toucha leurs cœurs.
Alors l’apôtre Pierre expliqua que ces signes étaient l’accomplissement de la promesse des prophètes et de Jésus. Et dit-il, la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin…1 Cette promesse reste valable aujourd’hui pour qui se repent de ses péchés et change de vie par la foi en Jésus-Christ. Le Saint-Esprit est donné alors au croyant et fait de lui, qu’il soit noir ou blanc, un fils du Dieu vivant.

Albert Lentz

1 Actes des Apôtres 2.39

__________________
Lecture proposée : Livre des Actes des Apôtres, chapitre 2, versets 1 à 13 et 37 à 40.

 

Categories: Chrétien, Saint-Esprit Tags:

Besoin de changement ?

16/05/2016
Commenter

Vouloir le bien est à ma portée, mais non l’accomplir.
Romains 7.18

change-948024_640Un jeune homme athée se plaignait de la conduite de certains chrétiens. Un chrétien lui répondit :
– Et lorsqu’un incroyant se conduit mal, cela vous étonne-t-il ?
– Non, je n’ai jamais pensé à cela.
– Vous voyez, vous reconnaissez vous-même que celui qui appartient à Jésus devrait être différent des autres. Sans le vouloir, vous faites au christianisme le meilleur des compliments !
On s’attend, en effet, à ce que celui qui professe suivre Jésus se conduise comme son Maître. À vue humaine, nous faisons certes de bonnes choses. Mais obéir aux exigences de Dieu est une autre histoire ! Aimer Dieu de tout notre cœur et notre prochain comme nous-mêmes, qui en est capable ? Notre nature soumise au péché nous entraîne dans une autre direction… Heureusement, lorsque Dieu demande quelque chose, il donne aussi la force de l’accomplir.
Quand quelqu’un croit en Jésus, il devient un enfant de Dieu et reçoit une nouvelle nature. Le Saint-Esprit va pénétrer sa vie et le renouveler1. Celui-ci le transforme profondément et le rend capable de vivre en harmonie avec la volonté de Dieu. Ce changement spirituel est tel que le croyant se détourne du péché. Il voit ses sentiments, pensées et intérêts renouvelés.
Et cela devrait se remarquer dans son comportement !

Françoise Lanthier

1 Tite 3.5

__________________
Lecture proposée : Lettre aux Romains, chapitre 8, versets 1 à 9.

 

Categories: Chrétien, Saint-Esprit Tags:

Sécheresse

07/08/2014
Commenter

Jésus, debout, s’écria : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de lui… »
Jean 7.37-38

L’été 1976 ! Ceux qui l’ont vécu s’en souviendront plus que de toutes les autres périodes de sécheresse. Sa simple perspective réveille en plusieurs des souvenirs douloureux.
Entre avril et juillet, il tombe seulement 10 % des pluies habituellement mesurées. Et la sécheresse va durer jusqu’à la mi-août ! Le bétail manque de fourrage, les prix des fruits et légumes s’envolent, et la production d’électricité d’origine hydraulique chute de 30 %. La liste ne s’arrête pas là…
Le gouvernement français en fait alors un “problème prioritaire”. Un exceptionnel “impôt sécheresse” est levé, l’armée va prêter main-forte aux exploitants.
La sécheresse est telle que plusieurs se tournent vers la prière. L’évêque de Coutances y appelle : « Dieu à qui nous devons de naître, nous dépendons de toi en toute chose, accorde-nous les pluies dont nous avons besoin, afin qu’étant rassurés pour les fruits de la terre, nous puissions mieux rechercher les biens d’éternité. »
Ne vivons-nous pas aujourd’hui une sécheresse plus grande encore dans notre société ? La sécheresse spirituelle, un manque profond et dramatique de relation avec notre Créateur, lui qui est la vie.
Pourtant l’eau est disponible. Jésus offre de rafraîchir et d’inonder de son Esprit la vie de celui qui se tourne vers lui. Alors, demandons-le-lui !

Albert Lentz

_________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 7, versets 37 à 42.

Categories: Saint-Esprit Tags:

Le feu le plus long de l’histoire

08/06/2014
Commenter

Je suis venu jeter un feu sur la terre ; comme je voudrais qu’il soit déjà allumé !
Luc 12.49

En novembre 1997, la presse publia cette nouvelle : « Les pompiers chinois ont réussi à éteindre un feu dans une houillère, qui s’était allumé spontanément en l’an 1560 et a, depuis, consumé plus de 127 millions de tonnes de charbon et brûlé une zone de 790 000 m2. » C’est là un record de durée sans doute inégalé !
Jésus, quant à lui, a parlé d’un feu qu’il est venu jeter sur la terre. Ce feu symbolise l’extension de l’Évangile et la puissance du Saint-Esprit. Et Jésus désire que ce feu puisse se répandre rapidement.
C’est un feu purificateur, inextinguible, que l’on ne peut comparer aux autres flammes du monde. Il a brûlé lors de la Pentecôte, lorsque la puissance de l’Esprit est descendue sur les disciples à Jérusalem.
Mais ce feu est aussi celui de la mort du Christ. Il fallait qu’il passe par ce feu pour que nous connaissions la vie éternelle et que son amour soit déversé dans nos cœurs par le Saint-Esprit. Car Dieu nous veut ardents et bouillants. Il ne peut se satisfaire de notre tiédeur. Déjà, après la résurrection de Jésus, deux disciples, qui avaient cheminé avec lui sans le reconnaître, ont pu dire, après coup : Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous quand il nous parlait ?1
Le feu représente aussi l’hostilité que peuvent rencontrer dans leur entourage ceux qui croient de tout cœur à Jésus. Mais ils peuvent tenir ferme, ayant été enflammés par son amour et sa puissance.
Cette flamme d’amour, en brûlez-vous ?

Lucien Clerc

1 Luc 24.32

________________
Lecture proposée : Actes des Apôtres, chapitre 2, versets 1 à 21.

Categories: Saint-Esprit Tags: