Archive

Archives pour la catégorie ‘Altruisme’

La kiné était aveugle

12/06/2015
Commenter

Ma grâce te suffit. Ma puissance se manifeste précisément quand tu es faible.
2 Corinthiens 12.9

L’autre jour, je visitais à l’hôpital une personne âgée marchant difficilement quand vint sa kiné. Elle est non voyante. « Venez, lui dit-elle d’une voix douce et engageante, je vais vous faire marcher un peu dans le couloir. » Je me demandais au fond de moi si elle était réellement aveugle pour proposer d’aider notre malade à marcher. Celle-ci s’est levée péniblement puis a demandé à passer aux toilettes. Notre kiné lui ouvre la porte de la salle d’eau et la referme pour plus d’intimité. Il ne fallut pas longtemps pour entendre tambouriner, la kiné rouvre la porte et demande :
– Vous avez besoin de quelque chose ?
– Oui lui répond la malade, j’ai besoin de la lumière.
À l’adresse d’une personne non voyante, j’ai trouvé cela cocasse ! Poursuivant notre conversation, la kiné me dit que la chambre lui paraissait belle et pratique. Et moi, je lui ai parlé de ma foi.
La patiente prête, la kiné la prit en charge. Et les voilà toutes les deux reparties dans le couloir !
C’était beau et un peu surréaliste à voir. Je suis parti en trouvant ça sympa, me disant que malgré son handicap, cette femme avait vraiment sa place dans ce milieu de souffrance.
Peut-être êtes-vous ou vous sentez-vous handicapé, physiquement ou psychiquement. Ne pensez-vous pas que, malgré cela, vous aussi vous pourriez être utile à des personnes autour de vous ?

Bernard Delépine

_________________
Lecture proposée : Livre de l’Exode, chapitre 4, versets 1 à 11.

Categories: Altruisme, Expérience Tags:

Pauvre pour enrichir les autres

21/03/2015
Commenter

Vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ : pour vous il s’est fait pauvre alors qu’il était riche, afin que par sa pauvreté vous soyez enrichis.
2 Corinthiens 8.9

Au 13ème siècle, un homme riche a voulu connaître le monde des pauvres afin de mieux leur venir en aide. Pour cela, il s’est fait lui-même pauvre. Il n’a pas hésité à échanger ses habits de bourgeois contre ceux d’un mendiant, pour se mêler aux gueux. En s’identifiant à ces derniers, cet homme, dépouillé de son rang social et de ses biens, a accepté également leur saleté et leurs odeurs inconfortables. Il a fait l’expérience de la vie des gens rejetés par la société.
François d’Assise – puisque c’est lui – a choisi de se faire pauvre, non sans sacrifice, pour obéir à son Dieu et secourir les plus démunis de son temps.
Hommes et femmes, de toutes les époques, cultures et pays, tous sont pauvres tant qu’ils ne connaissent pas le Dieu véritable. Pauvres, car prisonniers du péché, et incapables de s’en libérer.
Jésus, par obéissance à Dieu, son Père, a renoncé à sa gloire pour venir sur cette terre en homme, souffrir et mourir à la croix en lieu et place de nous tous qui méritions la mort. Pourquoi ? Non seulement pour nous secourir, mais pour que nous puissions devenir riches. Comment ? En devenant disciple de Jésus-Christ, il est possible de passer de la pauvreté à la vraie richesse, de la servitude à la liberté. Par la foi en Jésus, celui qui croit hérite la vie riche et éternelle dans le royaume de Dieu.

Guy Aristide Passi

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Ésaïe, chapitre 53.                    

Categories: Altruisme, Richesses Tags:

Une main lave l’autre

18/08/2014
Commenter

Par votre superflu, vous pouvez venir en aide à ceux qui sont dans le besoin.
2 Corinthiens 8.14

C’est quotidiennement que chacun l’expérimente. Essayez de vous laver une main en vous passant du concours de l’autre. Pas facile, n’est-ce pas ? Mais lorsque les deux mains agissent ensemble, chacune rend service à l’autre. Laquelle des deux en profite le plus ? Aucune !
Belle illustration de la solidarité réciproque inscrite dans les lois de la nature. Même les fleurs, offrant généreusement nectar et pollen aux abeilles, sont à leur tour fructifiées par celles-ci.
Mais n’y a-t-il pas parfois dans nos cœurs la crainte que notre générosité nous appauvrisse ? L’apôtre y répond en rappelant de suivre le principe de l’égalité… Par votre superflu, vous pouvez venir en aide à ceux qui sont dans le besoin. Le peuple d’Israël a dû apprendre cette leçon au désert, après sa sortie d’Égypte : Celui qui avait ramassé beaucoup n’avait rien de trop, et celui qui en avait pris moins n’en manquait pas.1
Mais Dieu se plaît aussi à rendre souvent au donateur, de façon inattendue, ce qu’il a partagé. Ainsi la veuve de Sarepta, offrant non son superflu, mais son nécessaire, au prophète Élie, voit son huile et sa farine se multiplier et, cadeau suprême, son fils ressusciter.2
Votre main lave-t-elle vraiment l’autre ?

Charles Rick

1 Exode 16.18           2 1 Rois 17.10-24

_________________
Lecture proposée : Livre de l’Exode, chapitre 16, versets 17 à 21.

Categories: Altruisme, Relations Tags:

Une invitation surprenante

10/05/2014
Commenter

Si tu donnes une réception, invite des pauvres, des estropiés, des paralysés, des aveugles. Si tu fais cela, tu en seras très heureux […] parce que ces gens-là n’ont pas la possibilité de te rendre la pareille. Et Dieu te le revaudra lorsque les justes ressusciteront.
Luc 14.12-13

Peu avant Noël, raconte un locataire, le propriétaire de notre immeuble vint trouver ma femme et lui dit :
– J’aimerais bien faire une réception. M’aideriez-vous à préparer les aliments ?
Ma femme se mit au travail et prépara un dîner exceptionnel. Vers le soir, nous attendions les invités de notre propriétaire. On sonne à la porte ; je vais ouvrir. Devant moi, il y a un mendiant vêtu de haillons :
– Est-ce que M. C. habite ici ?
– Oui, mais vous ne pouvez pas lui parler maintenant. Il est sur le point de dîner.
– Mais, dit l’homme, j’ai été invité à dîner avec lui.
– Quoi, un homme comme vous, invité ?
J’étais encore en train de parler quand apparut une autre créature misérable qui, elle aussi, se dit invitée. Puis toute une kyrielle de gens du même acabit : les plus pauvres et les plus méprisables membres de la société. Ils entrèrent dans notre belle salle à manger et s’assirent à la table de fête…
Lorsque notre propriétaire arriva à son tour, il nous rappela notre Maître qui avait lavé les pieds de ses disciples et nous avons pensé : « Il avait raison : c’est la meilleure réception que l’on puisse donner. »

Alfred Kuen

_________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 14, versets 12 à 24.

Categories: Altruisme, Relations Tags:

Donner quoi ?

31/05/2013
Commenter

Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.
Actes des Apôtres 20.35

L’apôtre Paul attribue cette parole à Jésus. On ne la trouve pas dans les évangiles, mais elle a dû circuler de bouche à oreille. Elle ne correspond guère à

Connaissez-vous la joie de donner ?

la mentalité présente !
L’abbé Pierre allait peut-être un peu plus loin, lorsqu’il a dit : « On n’est jamais heureux que dans le bonheur qu’on donne. Donner, c’est recevoir. »
On ne dira jamais assez que le but de la vie ne se réduit pas à posséder ou à amasser sans fin. Yves Duteil le proclame bien agréablement quand il chante « L’être et l’avoir ».
On peut probablement dire que l’on n’a que ce que l’on est. Après tout, ce que nous sommes est la seule chose qui ne puisse nous être ôtée.
Plus de joie à donner ? Sûrement… mais dans la seule mesure où nous avons été libérés de notre égocentrisme naturel. Et qui peut opérer cette libération ? Jésus seul peut l’accorder. Et c’est ce qu’il accomplit en réponse à notre foi, faisant de nous des créatures entièrement nouvelles.
Nous découvrons alors le bonheur que procure le fait de contribuer au bonheur des autres. Alors, nous expérimentons, non seulement la joie qu’il y a à donner, mais celle qui consiste à nous donner. Impossible de s’y tromper. Être heureux, c’est aimer. Et aimer vraiment, c’est se donner soi-même.
L’expérience le démontre. Jésus avait raison : Oui, il y a plus de joie à donner qu’à recevoir.

Richard Doulière

__________________
Lecture proposée : Actes des Apôtres, chapitre 20, versets 32 à 35.

Categories: Altruisme, Relations Tags: