Archive

Archives pour la catégorie ‘Altruisme’

Une invitation surprenante

10/05/2014
Commenter

Si tu donnes une réception, invite des pauvres, des estropiés, des paralysés, des aveugles. Si tu fais cela, tu en seras très heureux […] parce que ces gens-là n’ont pas la possibilité de te rendre la pareille. Et Dieu te le revaudra lorsque les justes ressusciteront.
Luc 14.12-13

Peu avant Noël, raconte un locataire, le propriétaire de notre immeuble vint trouver ma femme et lui dit :
– J’aimerais bien faire une réception. M’aideriez-vous à préparer les aliments ?
Ma femme se mit au travail et prépara un dîner exceptionnel. Vers le soir, nous attendions les invités de notre propriétaire. On sonne à la porte ; je vais ouvrir. Devant moi, il y a un mendiant vêtu de haillons :
– Est-ce que M. C. habite ici ?
– Oui, mais vous ne pouvez pas lui parler maintenant. Il est sur le point de dîner.
– Mais, dit l’homme, j’ai été invité à dîner avec lui.
– Quoi, un homme comme vous, invité ?
J’étais encore en train de parler quand apparut une autre créature misérable qui, elle aussi, se dit invitée. Puis toute une kyrielle de gens du même acabit : les plus pauvres et les plus méprisables membres de la société. Ils entrèrent dans notre belle salle à manger et s’assirent à la table de fête…
Lorsque notre propriétaire arriva à son tour, il nous rappela notre Maître qui avait lavé les pieds de ses disciples et nous avons pensé : « Il avait raison : c’est la meilleure réception que l’on puisse donner. »

Alfred Kuen

_________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 14, versets 12 à 24.

Categories: Altruisme, Relations Tags:

Donner quoi ?

31/05/2013
Commenter

Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.
Actes des Apôtres 20.35

L’apôtre Paul attribue cette parole à Jésus. On ne la trouve pas dans les évangiles, mais elle a dû circuler de bouche à oreille. Elle ne correspond guère à

Connaissez-vous la joie de donner ?

la mentalité présente !
L’abbé Pierre allait peut-être un peu plus loin, lorsqu’il a dit : « On n’est jamais heureux que dans le bonheur qu’on donne. Donner, c’est recevoir. »
On ne dira jamais assez que le but de la vie ne se réduit pas à posséder ou à amasser sans fin. Yves Duteil le proclame bien agréablement quand il chante « L’être et l’avoir ».
On peut probablement dire que l’on n’a que ce que l’on est. Après tout, ce que nous sommes est la seule chose qui ne puisse nous être ôtée.
Plus de joie à donner ? Sûrement… mais dans la seule mesure où nous avons été libérés de notre égocentrisme naturel. Et qui peut opérer cette libération ? Jésus seul peut l’accorder. Et c’est ce qu’il accomplit en réponse à notre foi, faisant de nous des créatures entièrement nouvelles.
Nous découvrons alors le bonheur que procure le fait de contribuer au bonheur des autres. Alors, nous expérimentons, non seulement la joie qu’il y a à donner, mais celle qui consiste à nous donner. Impossible de s’y tromper. Être heureux, c’est aimer. Et aimer vraiment, c’est se donner soi-même.
L’expérience le démontre. Jésus avait raison : Oui, il y a plus de joie à donner qu’à recevoir.

Richard Doulière

__________________
Lecture proposée : Actes des Apôtres, chapitre 20, versets 32 à 35.

Categories: Altruisme, Relations Tags:

Au temps des persécutions…

13/10/2012
Commenter

N’imite pas le mal, mais le bien.
3 Jean 11

Du temps de Louis XIV, de nombreux croyants furent persécutés et massacrés durant les guerres de religion.
À titre d’exemple, écoutons ce qui arriva à la famille De Lavarienne. Le père, chef d’une troupe de huguenots, est fait prisonnier et condamné à mort. Tous ses biens sont confisqués. La veuve et son fils Antoine trouvent refuge dans une maison du Jura. La mère s’efforce d’entretenir la foi du père chez son fils : il n’arrivait pas à pardonner au meurtrier.
Un soir d’hiver, par un temps exécrable, on frappe à leur porte. Un homme richement vêtu, trempé par la pluie, demande l’hospitalité. Madame De Lavarienne blêmit, car elle reconnaît le responsable de la mort de son mari, un certain M. Bailet. Elle l’accueille pourtant sans montrer son émotion. Mais Antoine, ignorant tout, cause aimablement avec lui. On lui sert le repas et, selon son habitude, Antoine lit à haute voix un chapitre de la Bible.
Le lendemain, après le petit déjeuner servi par Mme De Lavarienne, le visiteur remercie. Antoine le raccompagne à la porte. L’homme en profite pour s’informer du nom de son hôtesse. À l’ouïe de celui-ci, son visage trahit de l’étonnement et du remords. Mais Antoine ne remarque rien.
Sa mère finit par lui apprendre la vérité. Antoine s’insurge :
– Tu savais, et pourtant tu l’as accueilli ? Il est assez puissant pour nous jeter en prison.
– Je ne pense pas qu’il le fera. Nous lui avons sauvé la vie.
Charles Rick

_________________
Lecture proposée : Lettre aux Romains, chapitre 12, versets 17 à 21.

Categories: Altruisme, Relations, Souffrance Tags:

Donner

11/08/2011
Commenter

(Le Seigneur) a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.
Actes des apôtres 20.35

Il n’y a pas de vie sans don. Mais donner n’est-ce pas se démunir ? Et si en donnant, on n’allait pas en venir à manquer… Oui, donner comporte toujours le risque de « perdre ».

C’est le risque pris par Dieu en envoyant son Fils dans le monde, par Jésus qui a donné sa vie pour nous.

Mais donner, c’est aussi prendre le risque d’être comblé mieux que par un quelconque trésor. Alors pas de mauvais calcul :
– si je me donne à Dieu, je lui remets les rênes de ma vie, mais je gagne la vie éternelle,
– si je me donne pour servir Dieu, je « perds » mon temps, mon énergie, mon argent, ma gloriole peut-être, mais je « gagne » en partage, en joie,…
– si je me donne aux autres avec amour, je « perds » en indépendance, en plaisir égoïste, mais je gagne d’avoir comblé, de révéler l’amour de Jésus-Christ.

« Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir :
C’est la religion du cœur que le monde voudrait voir…
Une foi mise en pratique avec plus de vérité,
Un amour moins théorique, qui apprend… à se donner ! »

Francis Schneider

_______________
Lecture proposée : Lettre de Jacques, chapitre 2, versets 14 à 17.

Categories: Altruisme, Relations, Société Tags:

Pour celle-ci…

27/04/2011
Commenter

Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux.
Matthieu 7.12

C’est un bref dialogue plutôt bien connu, je crois, qui m’a fait penser à ce texte capital parfois appelé “la règle d’or”, que Jésus énonce, ajoutant : …car c’est la loi et les prophètes.

Michel, un garçon de huit ans, ramasse une à une les étoiles de mer échouées sur le rivage et les rejette à l’eau. Un homme qui l’observe depuis un certain temps lui demande :
– Que fais-tu, petit ?
– Les étoiles, Monsieur. Elles vont mourir !
– Tu ne peux les sauver toutes ! Il y en a des milliers !
Michel regarde l’étoile qui est dans sa main et qu’il s’apprêtait à lancer. Il répond :
– Oui, Monsieur. Mais, pour celle-ci, ça change tout.

Nous nous sentons bien souvent écrasés par l’immensité des besoins. Il y a tant de misère ! On ne peut secourir toute l’humanité, parrainer tous les enfants défavorisés, soutenir toutes les œuvres humanitaires.

Mais si nous étions l’un de ces misérables, l’un de ces enfants démunis, le bénéficiaire d’une de ces ONG, n’aimerions-nous pas que quelqu’un fasse un geste en notre faveur ?
– Alors, dit Jésus, faites-le de même pour eux.

Pour les étoiles de mer, être rejetée à l’eau est une question de vie et de mort. Ce peut aussi être le cas de l’une de nos démarches, même si la plupart seront souvent moins spectaculaires. En sont-elles moins espérées et attendues ?

Richard Doulière

______________
Lecture proposée : Lettre aux Romains, chapitre 13, versets 8 à 10.

Categories: Altruisme, L'homme, Relations Tags: