Archive

Archives pour la catégorie ‘Réconciliation’

Le rappel de la croix

01/07/2016
Commenter

Voici le message que je vous ai enseigné : Christ est mort pour nos péchés…
1 Corinthiens 15.3

cross-1459029_640Dans notre région, l’été 2014 restera gravé comme un été humide, instable, frais. En septembre, la végétation gardait sa luxuriance printanière : les arbres, les prairies, les pelouses… Puis arrivaient les fleurs abondantes sous le soleil généreux de l’arrière-saison.
Ce matin-là, nous partions proposer des évangiles dans les maisons près des gorges tranquilles de la Dordogne. Loin des villes et à l’écart des axes routiers, les foyers ne sont pas saturés de bruits et de tracts d’animation ou de consommation. Les contacts furent bons en présentant la Parole de Dieu. Nous éprouvions que le Seigneur nous précédait, et nous en étions reconnaissants.
À cette quiétude, s’ajouta le rappel bien présent d’un fait historique : une croix en pierre disposée au bord de la route pentue, face à une vieille allée de chênes. Si on veut bien y prêter garde, cette modeste croix parle à ceux qui empruntent ce circuit écarté des grands axes. Elle évoque la rencontre de Dieu avec les humains de laquelle découle la réconciliation avec les autres pécheurs : une réalité simple et grandiose aux hommes attentifs. Christ est passé par la croix, et la prédication du message de la croix s’adresse toujours aux hommes du 21ème siècle. Pas autre chose que Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié, disait déjà l’apôtre Paul aux habitants de Corinthe.
Puissent ces foyers tranquilles entendre l’appel de l’évangile et recevoir le message de la grâce, et… vous également !

Bernard Fourmont

__________________
Lecture proposée : 1ère lettre aux Corinthiens, chapitre 2, versets 1 à 3.

 

Categories: La croix, Réconciliation Tags:

Compréhension mondiale

08/05/2016
Commenter

Car Dieu a voulu, par lui (Jésus), réconcilier tout avec lui-même […] en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.
Colossiens 1.20

banner-1159238_640Décréter une année de la compréhension internationale pour qu’elle advienne, hélas, cela ne peut suffire !
Pour que les peuples se comprennent, il faudrait d’abord qu’ils aient réglé leurs querelles, voire qu’ils aient appris le pardon réciproque. Mais, surtout, il faudrait que l’humanité ait appris la paix à tous les échelons.
Dans un article présent sur Internet au début de 2014, Jean-Hervé Lorenzi, le président du Cercle des économistes, disait : « L’état de paix ne correspond pas à la nature humaine. L’agressivité intra spécifique est la règle de notre espèce. » Ésaïe, il y a plus de 2700 ans, disait déjà de ses contemporains : Le ravage et la ruine sont sur leur route, ils ne connaissent pas le chemin de la paix.1
Qui peut espérer la compréhension… et la paix dans le monde tant qu’il n’y en a pas – ou si peu – entre époux, entre voisins, entre races ?
Mais d’où vient que l’agressivité soit inscrite au cœur de l’espèce humaine ? La réponse est sans équivoque. Elle vient de ce que l’homme est en guerre contre Dieu. C’est la première des réconciliations nécessaires. Sans une réconciliation individuelle avec Dieu, les hommes ne pourront pas se réconcilier et se comprendre entre eux.
Or, la dite réconciliation, Dieu l’a rendue possible par Jésus devenu homme et mort en croix.
Mais il nous reste à la vouloir et à l’accueillir.

Richard Doulière

1 Ésaïe 59.8-9

__________________
Lecture proposée : 2ème lettre aux Corinthiens, chapitre 5, versets 19 à 21.

 

Categories: Réconciliation, Relations Tags: