Archive

Archives pour la catégorie ‘Prophéties’

Patient ! Oui, mais…

18/05/2017
Commenter

L’Éternel est lent à la colère et riche en bonté, il pardonne l’iniquité et la rébellion ; mais il ne tient point le coupable pour innocent…
Nombres 14.18

moses-145721_640L’Éternel a envoyé deux prophètes avertir la ville de Ninive du jugement divin prochain.
Le message de Jonas, le premier envoyé (au 8ème siècle av. J.-C.), porte ses fruits : le roi et la population de Ninive changent de comportement. Et dans sa grâce, Dieu renonce aux menaces proférées.1 Puis les générations passent et tout est oublié, les vieilles manières de faire ont repris le dessus.
Environ un siècle plus tard, l’Éternel envoie donc un autre messager, Nahoum. Cette fois-ci, la patience de Dieu est arrivée à son terme, la coupe est pleine ! Le prophète annonce la fin de la capitale assyrienne : la destruction totale et définitive de Ninive.2 Par la même occasion, il encourage aussi le peuple de Dieu à lui rester fidèle et à résister à l’influence païenne. Les habitants de Ninive se croyaient en sûreté derrière leurs murailles, mais cette sécurité est illusoire. Elle n’est rien comparée à celle que Dieu accorda à son peuple. Les Ninivites ont été châtiés à cause de leur méchanceté. Mais l’Éternel a pris soin de ceux qui ont mis leur confiance en lui.
N’est-ce pas là une mise en garde pour nous, mais aussi un réconfort pour qui s’attend à Dieu ?
Considérez bien que la patience de notre Seigneur est votre salut3. Le salut des justes vient de l’Éternel […], il les délivre de tous les méchants.4

Béatrice Guerche

1 Jonas 4.2(3.10)           2 Nahoum 1.8,14           3 2 Pierre 3.15           4 Psaume 37.39

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Nahoum, chapitre 1, versets 1 à 8.

 

Categories: Dieu et nous, Prophéties Tags:

Le Roi arrive !

09/04/2017
Commenter

Voici ton Roi qui vient à toi.
Matthieu 21.5

33766919105_e2f0bfa5a6_mLe Messie entre à Jérusalem : les prophéties s’accomplissent, les morts ressuscitent (Lazare est ressuscité, il y a peu de temps), le peuple est à deux doigts d’une insurrection messianique…
Pourtant, tout est différent. Différent de ce qu’on s’était imaginé. Rigoureusement biblique et pourtant totalement imprévisible. Le peuple chante “Hosanna au Fils de David”, mais Jésus seul semble connaître la suite du Psaume. Il va être, lui, la victime de cette fête. C’est vrai qu’il chasse les marchands et leurs clients du temple. Mais c’est tout. Pas de guerre de libération. Pas de règne messianique. Manifestement, il ne respecte aucun des schémas soigneusement étudiés par ces hommes qui aiment la Bible. Pour eux, le moment propice pour croire en lui se meurt avec ses pleurs sur sa ville et sur son peuple1.
En sera-t-il ainsi lors de son retour en gloire : rigoureusement biblique et pourtant totalement imprévisible ? Cela en a l’air. Tous les beaux schémas seront pris en défaut. Ne me comprenez pas mal. Le Roi est à la porte. Ne pas le voir, c’est se tromper, à la façon de ces juifs d’il y a 2000 ans. On avait bien eu raison de croire que le temps était là. Mais leur connaissance de l’Écriture avait fait l’impasse sur le Messie souffrant !
Courons-nous un risque semblable ? Pourrions-nous être pris de court malgré tout ? Par notre excès de curiosité ? Par notre manque de prévoyance ? Par notre présomption ?

Egbert Egberts

1 Luc 19.41

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 21, versets 1 à 17.

Photo Credit: bmbain1 Flickr via Compfight cc

Categories: Prophéties, Retour de Jésus Tags:

Cette parole est accomplie !

09/02/2017
Commenter

Jésus déroula le livre et trouva l’endroit où il était écrit : « L’Esprit du Seigneur est sur moi [….] pour publier une année de grâce du Seigneur. »
Luc 4.17-19
 

Huit siècles avant la naissance du Christ, le libérateur, le prophète Ésaïe annonçait sa venue. Elle inaugurerait une année de grâce pour les malheureux et tous ceux qui reconnaissent leurs besoins. Cette année de grâce s’est ouverte vers l’an 30 avec le ministère public de Christ. À Nazareth, celui qui était fils du charpentier proclamait alors : Aujourd’hui, cette parole est accomplie ! Il se déclarait l’homme choisi par Dieu, promis et envoyé sur la terre pour cette mission de libération et de grâce.
L’“année” annoncée court toujours, depuis bientôt 2000 ans. Bientôt elle s’achèvera. Le rouleau du livre du prophète Ésaïe qui dévoile la venue de Jésus-Christ, et par lui une période de grâce, proclame également un jour de vengeance pour notre Dieu. C’est-à-dire le jour du jugement.
Comme sa première annonce s’est accomplie et se déroule encore, croyons que la seconde ne manquera pas de se réaliser. Et si nous le croyons, laissons-nous attirer à la suite de Jésus, avant qu’il ne vienne pour ce grand jour.

Bernard Fourmont

__________________
Lecture proposée : Lettre aux Hébreux, chapitre 1, versets 1 à 3.
 

Categories: Fin des temps, Prophéties Tags:

Jésus, un code ou un signe ?

19/10/2016
Commenter

De même que Jonas fut un signe pour les Ninivites, de même le fils de l’homme en sera un pour cette génération.
Luc 11.30

bible-study-1634647_640L’engouement pour les prophéties cachées n’a pas échappé à ceux qui cherchent à faire de l’argent avec la Bible. Les livres aux titres accrocheurs à propos de codes secrets dévoilés sont vendeurs et jouent sur toutes les cordes sensibles de la personne humaine pour faire acheter. Après La Bible : le Code secret1 (la corde scientifique), et Da Vinci code2 (la corde romantique), plus récemment Le code d’Esther3 (la corde dramatique) se veut être la prophétie la plus troublante du 20ème siècle. Les auteurs soutiennent que le livre d’Esther dans l’Ancien Testament prévoyait, avec à l’appui des détails troublants la venue du Troisième Reich. Et après ? Facile après coup, mais est-ce que cela aurait pu l’empêcher ? Une abondante littérature peut chercher à nous distraire du message essentiel de la Bible.
Jésus-Christ parlait de sa mort et de sa résurrection comme du signe à considérer pour sa génération, et pour toutes celles qui suivraient. Sa résurrection est le signe que la mort a été vaincue, que la dette de nos péchés, passés et à venir a été payée. Le tombeau vide témoigne que Dieu nous accepte tels que nous sommes si dès maintenant nous croyons à la résurrection de Jésus-Christ.

Joseph Paladino

1 Michael Drosnin, 1997 et 2002           2 Dan Brown, 2003           3 Bernard Benyamin, 2012

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 12, versets 39 à 40.

 

Categories: Illusions, Prophéties Tags: