Archive

Archives pour la catégorie ‘Philosophies’

Dieu si grand et pourtant si proche

15/07/2017
Commenter

Qui a connu la pensée du Seigneur, ou qui a été son conseiller ? Qui lui a donné le premier pour qu’il ait à recevoir en retour ?
Romains 11.34-35

Nous ne pouvons ignorer les affirmations de certains philosophes : « Tout ce qui existe est matière ou produit de la matière, donc qu’il n’existe rien d’immatériel – ni Dieu, ni âme… » (André Comte Sponville) ; « Dieu ne sert qu’à nous pourrir la vie » (Luc Ferry).
La Bible, elle, nous parle de la grandeur de Dieu, de sa puissance. Il est à l’origine de tout ce qui existe. C’est lui qui a voulu notre existence. Le connaître est difficile, car nous sommes de la terre. Cependant la beauté de tout ce qui existe est une démonstration qu’un être suprême est à l’origine de toutes choses. Ceux qui ont compris cela proclament avec l’apôtre Paul : « Tout vient de lui, tout subsiste par lui et pour lui. À lui soit la gloire à jamais ! Amen. »1
Concevoir la grandeur de Dieu est déjà bien difficile. Mais quand il s’agit de son amour pour tous les hommes, comment comprendre ? Dans sa lettre aux Éphésiens, l’apôtre Paul parle de la largeur, de la longueur, de la hauteur et de la profondeur de l’amour de Dieu2. Admirable : son amour est pour tous, son amour dure à toujours, son amour l’a conduit à venir jusqu’à nous, il nous élève jusqu’à lui ! On peut chercher à l’expliquer et pourtant ne rester qu’étonné, abasourdi même, devant un tel amour !

Francis Bailet

1 Romains 11.36           2 Éphésiens 3.18

__________________
Lecture proposée : Lettre aux Éphésiens, chapitre 3, versets 14 à 21.

 

Categories: Philosophies, Qui est Dieu Tags:

Patrimoine

22/06/2017
Commenter

De précieux trésors et de l’huile sont dans la demeure du sage ; mais l’homme insensé les engloutit.
Proverbes 21.20

Ce que l’on trouve dans nos maisons n’est pas le fait du hasard. C’est le reflet de ce que notre vie a produit. Il n’est pas étonnant que la demeure du sage abrite des trésors que l’on ne trouve pas chez l’insensé. La cause en revient à la conduite de chacun.
Là où il n’y a ni réflexion, ni tempérance, ni sens de la responsabilité, il ne peut non plus y avoir ni provisions, ni trésor utile pour le futur. Il se peut que le sage gagne moins bien sa vie que l’insensé. Mais, au bout du compte, il s’en tire toujours mieux que lui.
Une seule chose explique dès lors ce curieux phénomène : la différence entre une vie réglée selon la sagesse et une autre dominée par la folie.

Gilles Georgel

__________________
Lecture proposée : Livre des Proverbes, chapitre 24, versets 30 à 34.

 

Categories: Folie et sagesse, Philosophies Tags:

Carpe diem…

10/08/2016
Commenter

Tu mets dans mon cœur de la joie, plus qu’ils n’en ont jamais quand leurs moissons abondent, quand leur vin nouveau coule.
Psaume 4.8

carpe-diem-881081_640Mr Keating, professeur de littérature anglaise, est le personnage central du célèbre film Le cercle des poètes disparus, qui est devenu un film culte pour toute une génération de jeunes. Mr Keating est un professeur éminemment sympathique. Il n’hésite pas à sortir d’un enseignement académique et austère pour se mettre à la portée de ses élèves et leur inculquer une philosophie épicurienne de la vie. Son enseignement peut se résumer dans la formule du poète latin Horace : « Carpe diem », c.-à-d. cueille le jour, profite du jour présent sans te soucier du lendemain… Certains de ces adolescents sont troublés par une lourde histoire familiale ou manquent d’assurance et cherchent encore l’orientation à donner à leur vie. Alors il leur insuffle le goût de la liberté, le refus du conformisme et la soif de vivre pour leurs passions.
L’acteur Robin Williams a brillamment interprété le personnage du professeur Keating. Mais son suicide en août 2014 a soudainement révélé son mal de vivre, son addiction à l’alcool et à la drogue, une réalité bien éloignée de la vision optimiste de Mr Keating…
Une philosophie hédoniste ne répond pas, sur le long terme, aux aspirations fondamentales du cœur humain. Seul Dieu, en changeant notre cœur, peut aussi changer le regard que nous portons sur nous-mêmes et sur le monde, et nous permettre de vraiment « cueillir les roses de la vie ».

Bernard Grebille

__________________
Lecture proposée : Psaume 4, versets 7 à 9.

 

Categories: Philosophies, Sens de la vie Tags:

L’amour de la sagesse

30/08/2013
Commenter

La sagesse est un arbre de vie pour ceux qui s’attachent à elle, et ceux qui savent la garder sont heureux.
Proverbes 3.18

Auteurs à succès, cafés-philo, émissions télévisées spécifiques… la philosophie connaît un engouement populaire sans précédent, traduisant le besoin fondamental de chacun de comprendre le sens de sa vie et d’accéder à la vérité. Déjà Platon disait : « La philosophie est la matière la plus sérieuse qui puisse occuper un homme, même d’intelligence médiocre, puisqu’il s’agit de savoir de quelle manière il faut vivre. » Acquérir la sagesse afin de mieux se connaître, mieux vivre et mieux aimer, n’est-ce pas une quête qui nous concerne tous ? Mais suffit-il de philosopher pour résoudre toutes les difficultés de la vie et être heureux ?
Salomon, le roi à la sagesse légendaire, invite son fils à se tourner vers Dieu, source de la véritable sagesse : Si tu prêtes une oreille attentive à la sagesse, en inclinant ton cœur vers l’intelligence […] alors tu comprendras ce qu’est révérer l’Éternel, et tu apprendras à connaître Dieu. Car l’Éternel donne la sagesse, et ce sont ses paroles qui procurent la connaissance et l’intelligence.1 Cette sagesse divine s’est incarnée en Jésus-Christ, en qui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance.2 En lui nous apprenons à mieux nous connaître, nous découvrons le sens de notre vie et nous comprenons quel est le véritable amour.

Bernard Grebille

1 Proverbes 2.2-6           2 Colossiens 2.3

__________________
Lecture proposée : Livre des Proverbes, chapitre 2, versets 1 à 22.

Categories: L'homme, Philosophies Tags:

Franc mensonge

08/01/2009
Commenter

Le cœur est tortueux par-dessus tout et il est incurable : qui peut le connaître ? : Jérémie 17.9

 » Ce qui est est juste.  » Cette maxime était le principe qui orientait le marquis de Sade. Écrivain, philosophe, libertin, et surtout athée, le marquis prétendait que l’homme ne doit s’arrêter à aucun scrupule et être ce qu’il a envie d’être. Le mal n’était pour lui qu’une vue de l’esprit, rien d’autre. Pas étonnant dès lors que son nom soit associé à la pire des perversités : le sadisme.

Étonnant cependant le nombre de personnes qui, aujourd’hui, raisonnent comme Sade. Le péché n’existe plus. Ce que nous sommes est inscrit dans nos gènes : on ne peut rien changer…

Un autre philosophe, Francis Schaeffer, lui répond :  » L’homme est anormal. Un changement s’est produit dans le temps et l’espace. Fait à l’image de Dieu et non programmé, l’homme s’est détourné volontairement de son propre point de référence. L’homme actuel n’est plus ce qu’il était à l’origine : il est dénaturé. Si le péché existe, il est possible d’expliquer que l’homme soit cruel sans que Dieu soit mauvais. S’il n’existe pas, il n’y a pas d’espoir de solution. Et se battre contre le mal dans la société n’a aucun sens. « 1

Est-ce parce que de plus en plus de gens pensent comme Sade que notre société est si complaisante envers le mal et si peu amie avec le mot coupable ? Mais, rappelons-le : Jésus est mort pour nos fautes, non pour nos excuses !

Gilles Georgel

1 Dieu, ni silencieux, ni lointain, Schaeffer Francis, Ed. Telos

Lecture proposée : Psaume 32.

Categories: Philosophies Tags: