Archive

Archives pour la catégorie ‘Perfection’

Le destin du juste

04/06/2014
Commenter

Il a été arraché à la vie par la contrainte, suite à un jugement. Et qui, parmi les gens de sa génération, s’est soucié de son sort, lorsqu’on l’a retranché du pays des vivants ?
Ésaïe 53.8

Platon

Dans son ouvrage « La République », le philosophe grec Platon essaie d’imaginer ce que serait le destin réservé en ce monde à un juste parfait. Il finit par conclure : « Le juste dans la condition où il est, sera fouetté, soumis à la torture, enchaîné, on lui brûlera les yeux et, finalement, après avoir enduré tous les maux possibles, il sera empalé… » Étrange prémonition du sort que les Juifs réserveront à Jésus quatre siècles plus tard ! Les contemporains de Jésus, et plus particulièrement les prêtres et les scribes, n’ont pu supporter la présence au milieu d’eux d’un homme parfaitement juste qui, par contraste, faisait ressortir si nettement leur hypocrisie et leur injustice. Eux, qui se vantaient de respecter scrupuleusement la loi de Dieu, ont été mis à nu par la sainteté de la vie et des paroles de Jésus. Il n’y avait pour eux que deux possibilités. Soit reconnaître leur péché et se repentir, soit rejeter ce diagnostic et chercher un motif d’accusation pour condamner Jésus. C’est ce qu’ont fait les responsables juifs avec la complicité des Romains.
Il en va de même pour nous. Que faisons-nous de Jésus ? L’acceptons-nous comme le seul vrai Juste, le Fils de Dieu venu pour nous sauver de notre injustice ? Ou au contraire trouvons-nous plutôt de bonnes excuses pour le rejeter ?

Bernard Grebille

________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 19, versets 1-18.

Categories: Jésus, Perfection Tags:

Le violon

07/01/2014
Commenter

Il [Jésus] n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour nous plaire.
Ésaïe 53.2

Confortablement assise dans le train, je vois un jeune homme s’approcher et hisser son instrument dans le compartiment à bagages. Il s’assied à côté de moi, et nous commençons à bavarder. Il est musicien et donne souvent des concerts. Il m’apprend alors que son violon, prêté par une banque renommée, est estimé à 700 000 euros ! Jamais je n’aurais soupçonné un tel trésor dans un banal étui à violon !
Les apparences sont bien trompeuses… Ainsi, Jésus, lorsqu’il vivait ici-bas, n’avait rien pour attirer l’attention de ses contemporains. Personne ne devait se retourner sur son passage. Mais quand les gens le voyaient vivre, ils ne pouvaient que s’exclamer : Tout ce qu’il fait est magnifique !1 Lorsqu’ils l’entendaient, ils étaient impressionnés par son enseignement. Pourquoi ? Ils avaient devant les yeux… Dieu lui-même ! Sous cette humble apparence se cachait la personne la plus extraordinaire qui fut. La Bible dit qu’en lui se trouvent cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance2.
C’est en cherchant à connaître Jésus – par la lecture de la Bible – que vous découvrirez la beauté de sa personne. Osez aller au-delà des apparences, des on-dit, des critiques. Vous serez stupéfait devant la splendeur du Fils de Dieu !

Françoise Lanthier

1 Marc 7.37           2 Colossiens 2.3

_______________
Lecture proposée : Lettre aux Colossiens, chapitre 1, versets 15 à 20.

Categories: Jésus, Perfection Tags:

Une admiration qui régénère

29/04/2013
Commenter

Et tous lui rendaient témoignage, admiraient les paroles de grâce qui sortaient de sa bouche et disaient : N’est-ce pas le fils de Joseph ?
Luc 4.22

« Sans doute sommes-nous constitués de nos admirations plus que de nos gènes », écrit Alexandre Jardin. Dans ce livre1 il partage son déchirement intérieur de ne pas pouvoir être d’accord avec la conduite passée de l’un de ses grands-pères, dont il porte les gènes. Mais Alexandre Jardin constate aussi que l’exemple et les paroles de ceux qu’il a pu admirer sans réserve ont été plus forts que ses gènes.
Dieu connaissant notre besoin d’un modèle à admirer a longuement préparé l’envoi de son Fils dans le monde. Huit siècles avant sa venue il révèle au prophète Ésaïe que son nom sera : « Admirable ». C’est ce qui se passa lorsqu’il vint sur la terre : quand Jésus parlait, tous admiraient les paroles de la grâce qui sortaient de sa bouche. Ceux qui emmagasinèrent dans leur cœur ces paroles admirables furent radicalement transformés. À plusieurs reprises, l’apôtre Pierre reçut les reproches de Jésus, car il réagissait avec la nature impulsive du sang qui coulait dans ses veines. Mais plus tard le même apôtre témoignera de la victoire qu’a eue dans sa vie la mort de Jésus sur la vaine manière de vivre que nous avons héritée de nos pères2. Son admiration pour Jésus transforma radicalement Pierre. Prenons le temps d’admirer et d’écouter Jésus, sa parole fera naître en nous la foi qui triomphe de la fatalité et transforme en profondeur.

Alain Monclair

1 Alexandre Jardin, Des gens très bien, Édition Grasset 2010           2 1 Pierre 1.18-19

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 16, versets 13 à 20.

Categories: Jésus, Perfection Tags:

À l’impossible, nul n’est tenu

10/02/2011
Commenter

Aux hommes, cela est impossible ; mais, à Dieu, tout est possible.

Matthieu 19.26

Pourtant, que de fois, par la force de la volonté ou par attachement à un idéal, des hommes ont littéralement accompli l’impossible !Évasions, traversées, silences sous la torture, relèvements… impossibles, pourtant réalisés !

Les apôtres avaient compris qu’entrer dans le royaume de Dieu était pratiquement impossible, compte tenu de notre encombrant bagage. Nous sommes tous si riches de tant de choses ! Surtout d’illusions sur nous-mêmes ! Notre relative richesse morale peut, elle-même, être un obstacle à l’accueil du salut !

Mais, – que Dieu soit béni ! – ce qui est impossible aux hommes Lui est possible. Aussi n’avons-nous pas à nous sauver par nos efforts, mais à nous laisser arracher à la condamnation par l’œuvre qu’il a accomplie à la croix.

Il reste que, une fois nés à la vie de Dieu, il nous est demandé une vie nouvelle qui est tout aussi hors de notre portée. Or, sur le plan spirituel, contrairement à ce qu’affirme la maxime, à l’impossible nous sommes tenus.

Principalement parce que c’est l’impossible qui nous fait prendre conscience de nos limites et qui nous jette dans les bras de Dieu, déçus de nous-mêmes, mais libérés de nos illusions, pour le supplier : « Je ne peux pas. Fais-le. »

Alors se vérifie, non seulement qu’à Lui tout est possible, mais encore qu’il n’attendait que notre capitulation pour le faire.

Richard Doulière

_________________

Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 19, versets 16 à 26.

Categories: Foi, Insatisfaction, Perfection Tags:

Le sommet de la perfection

06/11/2010
Commenter

Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait. Matthieu 5.48

Quelle que soit notre profession, nous voudrions y exceller. Que n’avons-nous cette ambition sur le plan moral ? Quand Jésus conclut le « Sermon sur la montagne » par l’exhortation ci-dessus, le vertige nous saisit.

Gandhi, lisant ce message, a admis qu’aucun écrit des sages de son pays n’atteignait cette hauteur de pensée, ce standard de vie « mètre étalon » auquel nous serons mesurés.

Avec honnêteté, reconnaissons notre incapacité à gravir ce sommet que, seul Jésus, a conquis. Relisons les versets qui précèdent et qui suivent les paroles de Jésus, et admettons nos échecs. Bien sûr dans un monde de médiocrité, nous nous situons probablement dans la moyenne. Nos contemporains nous susurrent : « Tu n’as ni tué, ni volé, tu ne trompes pas ta femme… » Mais devant les exigences divines je me sens bien léger. J’ai le désir de faire le bien et de ne pas faire le mal, dira l’apôtre Paul, mais je ne fais pas le bien et je fais le mal que je ne voudrais pas faire

Mais il poursuit : Dieu soit loué : c’est par Jésus-Christ notre Seigneur1. Reconnaissons notre faillite morale et crions vers Jésus pour lui demander de nous débarrasser des semelles de plomb de nos fautes. Dieu ne veut pas nous laisser vivre dans la médiocrité. Il l’a prouvé par l’envoi de Son Fils unique2. Nous serons vus parfaits si nous nous laissons purifier par Lui, car il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont unis à Jésus-Christ3.

Gérard Peilhon

1 Romains 7.15,24,25 2 Jean 3.16 3 Romains 8.1

—————————————————

Lecture proposée : Évangile de Matthieu, chapitre 5, versets 1 à 16.

Categories: Perfection Tags: