Archive

Archives pour la catégorie ‘Nature’

Un animal apprivoisé

07/06/2017
Commenter

J’ai la volonté de faire le bien, mais je ne parviens pas à l’accomplir.
Romains 7.18

Le philosophe allemand Arthur Schopenhauer déclare, dans un de ses livres : « L’être humain est, au fond, un animal sauvage et effroyable. Nous le connaissons seulement dompté et apprivoisé par ce que nous appelons la civilisation. »
Est-ce une affirmation excessive ? En apparence oui… Mais observons les êtres humains dans les situations extrêmes de danger ou de domination. Le vernis de civilisation disparaît bien vite. Pour sauver sa peau, l’homme est capable de toutes les bassesses, de toutes les trahisons.
Et dans la vie ordinaire, qui n’a pas eu des pensées de violence qui l’ont effrayé ?
Ce constat sur la nature humaine est partagé par de nombreux penseurs et philosophes lucides, à toutes les époques.
Je croyais sincèrement que l’éducation moderne pouvait changer le cœur de l’homme. J’y ai beaucoup réfléchi, j’ai beaucoup observé. Je me suis engagé pour trouver quel système fonctionnerait le mieux. J’ai voulu savoir les résultats ultimes des expériences politiques et éducatives de tout bord. À chaque fois, j’ai réalisé que l’homme a besoin d’un changement intérieur pour que les choses changent à l’extérieur. Et jamais dans le sens inverse !
Se pourrait-il que l’auteur de la lecture proposée ait raison lorsqu’il affirme que nous pouvons mener une vie nouvelle1 en étant changés de l’intérieur ?

Jean-Louis Théron

1 Romains 6.4

__________________
Lecture proposée : Lettre aux Romains, chapitre 7, versets 15 à 25.

 

Categories: L'homme, Nature Tags:

L’eau vive

16/05/2017
Commenter

Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et que celui qui croit en moi boive ; car comme dit l’Écriture, des fleuves d’eau vive jailliront de lui.
Jean 7.37-38

human-771601_640Je me rappelle d’une grille sémantique établie en classe avec les élèves. Ce tableau à double entrée déclinait tous les aspects de l’eau dans la nature : source, ru, ruisseau, rivière, torrent, fleuve, lac, mare, étang, lagune, océan… en les répartissant dans les catégories eau vive, eau stagnante et les sous catégories, eau salée, eau douce. Il va sans dire que les eaux vives et douces suscitaient chez les élèves beaucoup plus de commentaires et avaient leur préférence pour des développements en rédaction, en poésie et en arts plastiques.
C’est que l’eau vive a une résonance particulière en nous. Elle est nécessaire à la vie, au maintien d’une bonne santé. Pas d’eau, pas de vie. Les déserts et les planètes autres que la terre en sont l’illustration.
La Bible nous parle souvent de l’eau. Pas juste d’un filet, mais de fleuves d’eau vive. Jésus a dit de lui-même qu’il est cette eau vive. Et, à ceux qui boiront de cette eau, il a promis qu’il en fera couler des fleuves dans leur vie.
Quelle merveilleuse perspective pour ceux qui viennent à lui : cette eau abondante transformera les déserts de leurs vies étriquées ou moroses en contrées fertiles et vivantes !… Rien à voir avec les représentations que la plupart des gens se font de la vie chrétienne.

Elfriede Eugène

__________________
Lecture proposée : Psaume 1.

 

Categories: Nature, Vie nouvelle Tags:

Gérance

22/07/2016
Commenter

L’Éternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Éden pour qu’il le cultive et le garde.
Genèse 2.15

fishing-1107384_640« Donne un poisson à un homme et tu le nourriras un jour. Laisse-le te regarder attraper un poisson et demain il l’aura oublié. Apprends-lui à pêcher et tu le nourriras toujours. »
Ce principe est valable et il réduit les risques de dépendance, d’anéantir la dignité ou de développer une “mentalité de mendiant”. Mais il ne va pas assez loin. Plus un peuple devient efficace à la pêche, plus grand est le risque qu’il réduise l’approvisionnement et condamne les générations futures à mourir de faim.
Le plus grand défi est d’aider les hommes à faire un pas de plus et de leur enseigner comment réapprovisionner le fond des mers en poissons.
C’est vrai pour diverses ressources. Par exemple, chaque année de vastes étendues de forêts sont brûlées pour faire la cuisine, cultiver, fertiliser, etc. Dans certaines circonstances cela peut s’avérer essentiel, mais si d’autres arbres ne sont pas replantés, les effets à long terme seront catastrophiques. Plusieurs parties du Sahel, qui nourrissaient substantiellement leurs populations, ont dû être abandonnées et sont devenues semi-désertiques à cause d’une déforestation aveugle.
La Bible a beaucoup à dire sur les principes de protection de l’environnement. Nous avons reçu la responsabilité de gérer la création de Dieu. Il s’attend à ce que nous utilisions les choses qu’il a mises à notre disposition de manière responsable.
Mon style de vie reflète-t-il une compréhension et un respect de ce principe ?

Silvano Perotti

__________________
Lecture proposée : Psaume 8, versets 4 à 10.

 

Categories: L'homme, Nature Tags:

Hasard ou Dieu ?

03/08/2015
Commenter

Car ainsi parle l’Éternel, le créateur des cieux, le seul Dieu, qui a formé la terre, qui l’a faite et qui l’a affermie, qui l’a créée pour qu’elle ne soit pas déserte, qui l’a formée pour qu’elle soit habitée : Je suis l’Éternel, et il n’y en a point d’autre.
Ésaïe 45.18

milky-way-67504_640De 1979 à 1991, je travaillais dans un laboratoire d’étude électronique. Nous devions valider nos systèmes par des protocoles d’évaluation et d’essai. Pour obtenir un fonctionnement optimal de nos équipements, de la conception à la réalisation, rien n’était laissé au hasard. Le savant français, Henri Poincaré, a écrit : « Le hasard sait mélanger, il ne sait pas démêler, et pour faire avec des éléments multiples un édifice bien ordonné, dans lequel on distingue quelque chose, il faut le faire exprès. »1
Une succession de hasards engendre un chaos plutôt que de l’ordre et du sens ! Quand nous scrutons les éléments de la Création dans un télescope ou un microscope, nous trouvons la même signature de perfection et de cohérence que nous offre la vision commune de la nature. Entre les deux infinis, dans toutes les dimensions, nous observons de la beauté, de l’ordre et de l’harmonie. Autant dans le minéral que le vivant, nous percevons l’inscription d’une intelligence créatrice et coordonnatrice : L’Éternel, le créateur des cieux, le seul Dieu qui a formé la terre.

Dominique Moreau

1 Science et méthode, Henri Poincaré

__________________
Lecture proposée : Livre de la Genèse, chapitre 1.

Categories: Créateur et création, Nature Tags:

L’azote

18/06/2015
Commenter

Car, depuis la création du monde, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité se voient dans ses œuvres quand on y réfléchit.
Romains 1.20

Dans une émission « Grandeurs nature » sur France 2, un documentaire présentait le parcours de l’azote, ce gaz inodore, incolore, chimiquement peu actif, faisant partie à 4/5 de notre atmosphère et absolument vital pour toute vie animale et végétale.
L’azote minéral du sol est absorbé par les plantes. Grâce à l’énergie solaire, l’azote se transforme en protides végétaux sous une forme organique. Absorbé par les animaux herbivores, il se transforme en protides animaux (viande, lait, etc.). Les carnivores en profitent. Par la décomposition des végétaux, des déjections et des cadavres, l’azote organique est restitué au sol. Sous l’action des bactéries, il y a de nouveau une transformation en azote ammoniacal, puis en azote nitreux, puis encore en azote nitrique et enfin en azote. Et le cycle est fermé. Ensuite, les plantes l’absorbent de nouveau.
Il est étonnant que tant de scientifiques attribuent un tel cycle au hasard. On croit facilement aujourd’hui au “dieu hasard”, très populaire. Mais comment ce dieu-là aurait-il œuvré pour inventer un tel cycle, et, du reste, en aurait-il compris la nécessité ?
Aussi, est-il plus rationnel d’abandonner ce dieu-là pour croire en un Créateur inventeur et organisateur, super intelligent, qui a conçu le cycle nécessaire à la vie et a la capacité de le faire fonctionner, aussi compliqué soit-il.

Pierre Wheeler

_________________
Lecture proposée : Livre de Job, chapitre 38, versets 1 à 11.

Categories: Créateur et création, Nature Tags: