Archive

Archives pour la catégorie ‘Malheurs’

Touché !

25/06/2017
Commenter

« Seigneur, si tu le veux, tu peux me guérir ! » Jésus tend la main, il touche le lépreux en disant : « Je le veux. Sois guéri ! » Et aussitôt la lèpre le quitte.
Luc 5.12-13

Selon la loi juive1, les lépreux devaient crier leur impureté partout où ils passaient. De plus, ils devaient vivre à l’écart des autres, souvent dans une misère totale. Socialement, ils étaient morts. Le lépreux était donc un paria exclu de la vie communautaire, rituellement impur pour le culte.
Or voilà qu’un homme arrive par surprise devant Jésus… Apparemment, il n’a pas crié son impureté comme cela était exigé, mais il tombe aux pieds de Jésus et le supplie de le rendre pur. Ce cri prononcé avec foi me bouleverse : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me guérir ! »
Selon la même loi, celui qui touchait un lépreux devenait lui-même impur. Or que fait Jésus ? Il tend la main et touche cet homme. Lui, cet exclu que personne n’avait touché depuis que la maladie s’était déclarée !
Oui, le Messie n’est pas venu pour les seuls bien portants, mais aussi pour les exclus. Et aujourd’hui encore, il ne rejette personne, aucun de nous, quel que soit l’état de notre vie.

Matthieu Gangloff

1 Lévitique 13.45-46

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 8, versets 1 à 17.

 

Categories: Guérison, Malheurs Tags:

Le chemin de la vie

01/04/2017
Commenter

Ô Dieu, protège-moi, car je me réfugie en toi… Tu me feras connaître le chemin de la vie…
Psaume 16.1 et 11

adventure-1868255_640Voici un psaume qui annonce la venue du Messie qui allait délivrer son peuple. Le roi David, qui en est l’auteur, a besoin de libération. En fuite devant ceux qui en veulent à sa vie, il cherche un refuge.
Cependant, dans ces circonstances, il a l’assurance que Dieu le délivrera de la mort qui le guette. Cette situation donne du poids à ses paroles. Elles ne sont pas vite dites par un nanti qui baignerait dans la sécurité, l’opulence et le bonheur.
C’est dans ces difficultés que David affirme : Je n’ai pas de plus grand bonheur que toi.1 Et encore : Tu me feras connaître le chemin de la vie, plénitude de joie en ta présence, et bonheur éternel auprès de toi.1
Comment le peut-il ? Il le dit lui-même : Je garde constamment les yeux fixés sur l’Éternel. Puisqu’il est près de moi rien ne peut m’ébranler.1 Même dans sa situation, il veut faire de Dieu sa priorité. Il affirme que Dieu est avec lui comme son défenseur. Aussi, rien ne peut-il l’ébranler.
Nous aussi, nous pouvons, même si notre vie n’est pas en jeu, nous trouver en difficulté, oppressés, cherchant un chemin pour nous en sortir, un chemin qui permette la vie, un chemin de vie.
Dieu veut nous aider. Aussi, nous offre-t-il la vie en Jésus-Christ. Lui qui a dit qu’il est le chemin de vie2 !
Si vous cherchez une voie pour vous en sortir, placez votre confiance en Dieu.

François-Jean Martin

1 Voir le psaume 16           2 Jean 14.6

__________________
Lecture proposée : Psaume 16.

 

Categories: Confiance, Malheurs Tags:

Pleurez sur vous !

28/11/2015
Commenter

Pilate après avoir fait battre de verges Jésus, le livra pour être crucifié […] Ils tressèrent une couronne d’épines, qu’ils posèrent sur sa tête […] et ils crachaient sur lui.
Matthieu 27.26,29,30

accident-victim-154208_640Alors que le docteur me faisait avaler des calmants pour m’aider à trouver le sommeil, les larmes inondant mes joues coulaient brûlantes, désespérées : « C’est moi qui tenais le volant ! » La vieille demoiselle, que j’avais renversée, était à l’hôpital, dans le coma, dans un état critique.
Quelle différence entre les larmes d’un spectateur et celles de l’artisan d’un drame ! Après quelques années, je me revois encore, me roulant sur mon lit, écrasé par un sentiment de culpabilité…
Quelque temps après, je réentends la description, sobre et réaliste, de la souffrance et du tourment spirituel de Jésus crucifié. Elle me remue et pénètre au plus profond de mon être. Ce n’est plus un vieux drame, mais un fait se rejouant devant moi. Le soldat qui frappe à coups redoublés sur le dos du condamné, c’est moi. Le bourreau rivant ses pieds et ses mains à la croix, c’est encore moi ! Le criminel, co-supplicié qui l’insulte, c’est toujours moi…
J’ai pris conscience ce jour-là, du rapport étroit qui unit ma vie, mesquine, violente, orgueilleuse, au sort effroyable réservé à Jésus. Mais au lieu de me laisser écraser par le remords, j’ai versé les larmes amères de la repentance, criant vers Jésus : « Pardon Seigneur… » Dès ce jour, j’ai connu la réalité d’un vrai pardon. Qu’en est-il de vous ?

Gérard Peilhon

1 Luc 23.28

__________________
Lecture proposée : Psaume 32.

 

Categories: Malheurs, Repentance Tags:

« Il m’a touché ! »

24/11/2015
Commenter

Jésus étendit la main et toucha l’homme…
Marc 1.41

hands-736244_640Un homme aux mains déformées se tenait à environ 50 mètres du docteur de la clinique de dépistage de la lèpre dans cette vallée du Népal. Il regardait avec nostalgie en direction du médecin, l’air triste et résigné.
Je désirais lui parler. Sachant que, parfois, on pouvait restaurer la mobilité grâce à la chirurgie reconstructrice, j’ai pris sa main dans la mienne pour l’examiner. Malheureusement, nous ne pourrions pas faire grand-chose pour l’aider. En levant les yeux pour le lui dire, j’ai été alarmé en voyant des larmes rouler sur ses joues :
– Pourquoi pleurez-vous ?
– Vous êtes le premier qui, en 9 ans, ose me toucher. Les dieux m’ont maudit en m’envoyant la lèpre. Ma femme et mes enfants m’ont quitté. Pourquoi m’avez-vous touché ? N’avez-vous pas peur ?
Nous avons partagé la bonne nouvelle de l’amour de Dieu et parlé de la volonté de Jésus de toucher chacun dans son besoin. Sans tenir compte de notre condition physique ni de notre statut social, car tous ont besoin de son pardon et de sa vie.
Il a reçu Christ comme son Sauveur. Plusieurs années durant, il est allé de village en village pour dire : « Dieu ne veut pas que nous soyons punis pour nos péchés, il les a pris sur lui en Christ Jésus. Il m’a touché, et il peut aussi vous rendre purs. »
Pensée : Ai-je expérimenté son toucher purificateur ? Sinon, suis-je prêt à venir à lui en sachant qu’il veut et peut transformer ma vie ?

Silvano Perotti

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Marc, chapitre 1, versets 40 à 45.

 

Categories: Consolation, Malheurs Tags:

Humainement impossible

17/10/2014
Commenter

Les disciples furent encore plus étonnés, et ils se dirent les uns aux autres : Et qui peut être sauvé ? Jésus les regarda, et dit : Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu : car tout est possible à Dieu.
Marc 10.26-27

Il suffit de se rendre en famille au bord d’un ruisseau pour que les enfants entreprennent la construction d’un barrage ! Malgré l’effort de tous, le travail se complique devant la montée du niveau d’eau. Il devient impossible de contenir les assauts de la pression. Quand une fuite est obturée, une autre s’étend ailleurs !
Cette lutte perdue nous donne à réfléchir sur nos limites et, plus généralement, sur celles de l’humanité. Jusqu’à présent, l’histoire des hommes est jalonnée de violences, de guerres et de souffrances. Le sang ne coule plus dans certains pays du monde, mais les règles morales et la justice sont, en tous lieux, bafouées sous la pression de l’iniquité qui anime la nature humaine. Quand des périodes de paix et de progrès émergent en un endroit de la planète, d’autres échecs et désillusions apparaissent ailleurs !
Notre vie personnelle et l’histoire du monde ressemblent étrangement à cette tentative de barrage sur le ruisseau… Il nous est impossible d’endiguer le mal.
Mais Jésus, à l’étonnement de tous, annonce que ce qui est impossible aux hommes demeure possible à Dieu. Le commencement de la foi, ne serait-il pas de douter enfin de nos propres forces pour considérer celles du Christ ?

Dominique Moreau

________________
Lecture proposée : Évangile selon Marc, chapitre 10, versets 17 à 27.

Categories: Malheurs Tags: