Archive

Archives pour la catégorie ‘Libérateur’

La Croix triomphe de la peur

23/08/2017
Commenter

Joseph d’Arimathée, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des chefs juifs, demanda à Pilate la permission d’enlever le corps de Jésus. […] Nicodème, l’homme qui auparavant était allé trouver Jésus de nuit, vint aussi.
Jean 19.38-39

Dès la mort de Jésus, ils sont sortis de l’ombre. Joseph d’Arimathée et Nicodème ne cachent plus qu’ils sont disciples de Jésus. Sa mort sur la croix aurait pu anéantir leur foi très discrète en Jésus. Mais non ! Au contraire, ils sortent de la clandestinité. Les dernières paroles de Jésus sur la croix avaient été : « Tout est accompli. »1 L’Évangile, étymologiquement « La Bonne Nouvelle », inclut la crucifixion de Jésus. La Croix est le lieu où Jésus a remporté la victoire sur la mort et le péché. La mort tenait les hommes en esclavage, mais celle de Jésus les délivre. Il délivre tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude.2 Joseph d’Arimathée et Nicodème n’ont plus peur, ils ont ouvert le cortège de tous les témoins de la victoire de Jésus à la Croix. Non pas un cortège funèbre, mais un hymne à la résurrection. La puissance de la Croix triomphe de la peur.
Ne craignons pas de placer toute notre confiance en Jésus.

Alain Monclair

1 Jean 19.30           2 Hébreux 2.15

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 19, versets 28 à 42.

 

Categories: La croix, Libérateur Tags:

À notre hauteur

04/08/2017
Commenter

Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.
Jean 1.14

Pour adopter les bons réflexes de prévention des accidents domestiques des enfants, on conseille aux parents d’effectuer un travail d’imagination et de réflexion. Ils doivent visualiser les dangers potentiels dans toute la maison en se mettant à la place et à la hauteur de l’enfant.
On voit qu’il ne faut pas laisser de plat chaud sur le rebord de la table et qu’il faut aussi tourner les queues de casserole vers l’intérieur de la plaque de cuisson. On saisit combien les coins de table ou celle d’une fenêtre ouverte sont potentiellement dangereux… Bref, pour mieux prévenir, mieux comprendre l’enfant, il faut vivre ses conditions de vie…
Cela me rappelle l’intervention de Dieu pour nous parler, nous aider, nous prévenir du danger. La nuit de Noël, Dieu est venu en Jésus nous rejoindre. Il s’est abaissé à notre niveau en devenant semblable à nous. Il a vécu nos conditions de vie pour nous atteindre et nous parler. Et plus encore, il s’est humilié en subissant la mort sur la croix pour nous délivrer des conséquences de nos fautes. Sa venue parmi nous montre combien Dieu nous aime et a tout mis en œuvre pour nous arracher au mal et à ses conséquences.

Dominique Moreau

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 2, versets 6 à 20.

 

Categories: Dieu et nous, Libérateur Tags:

Lourds fardeaux

01/08/2017
Commenter

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
Matthieu 11.28

Au Népal, des sherpas portent parfois des charges de 35 et même de 40 kg ! Mais d’autres fardeaux peuvent être encore plus lourds à porter : une corvée, une épreuve ou un souci.
Le péché est le plus lourd fardeau qui afflige les êtres humains. Il est entré dans le monde le jour où le premier homme a désobéi à Dieu en mangeant du fruit défendu. Et aujourd’hui, nous en supportons les conséquences : maladie, deuil, épreuves, souffrances…
Plusieurs se reconnaîtront dans ces choses. En effet, qui n’a jamais connu le deuil ? Qui n’a jamais côtoyé de près la maladie ? Peut-être ne voyez-vous pas le bout du tunnel et ne savez-vous plus que faire pour vous sortir de là ?…
Toutefois, il y a une solution : Jésus vous invite aujourd’hui à vous décharger sur lui. Il vous comprend mieux que personne. La souffrance, il l’a connue. Il a vécu le rejet, lui, le rejeté des hommes. Pourtant son amour continue de brûler pour chacun. Si vous traversez l’épreuve, tournez-vous vers lui sans tarder ! Alors vous connaîtrez le repos pour votre âme.

Sandra Lascombe

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Mathieu, chapitre 11, versets 28 à 30.

Photo Credit: Bobby’s Road Photography Flickr via Compfight cc

Categories: Libérateur Tags:

Le coucou

12/07/2017
Commenter

Si c’est le Fils qui vous affranchit, vous serez réellement des hommes libres.
Jean 8.36

Nous travaillons au jardin, quand mon épouse attire mon attention : dans la forêt lointaine, on entend le coucou ! Nous nous arrêtons, écoutant avec ravissement ce chant si doux, si invitant…
Je ne sais pas si quelque part sur son vieux chêne lui répond le hibou. Son « hou hou » me semblerait bien sinistre comparé à l’appel si doux du coucou. Le rapace nocturne, pas dupe, nous avertirait-il : « Méfiez-vou-ou-ous ! » ?
C’est vrai que notre séducteur cache un cruel prédateur : il s’introduit dans un nid, en expulse un œuf qu’il remplace par l’un des siens. Et ceci en 10 secondes ! L’œuf éclot et les occupants du nid élèvent l’oisillon avec les leurs. Mais ces derniers sont expulsés du nid par l’usurpateur, qui y règne alors en seul maître…
Quelle image saisissante de ce que le diable fait dans le cœur des hommes ! Il rend le péché attrayant, il installe le désir malsain au fond de nos cœurs. Il en chasse les sentiments légitimes de recherche de bien et de communion avec Dieu. Nos cœurs deviennent insatiables et… vides !
Hélas, il n’y a aucune solution contre les ravages du coucou1. Par contre, bonne nouvelle, Jésus-Christ a vaincu le tyran de nos cœurs en mourant sur la croix ! Jésus délivre celui qui croit en lui de l’oppression du péché. Mieux : il le réconcilie avec Dieu et lui donne la capacité de vaincre le mal !
Pourquoi hésiter à lui confier nos vies ?

Claude Schneider

1 seules les corneilles semblent savoir discerner l’intrus (Sciences et Avenir, avril 2015)

__________________
Lecture proposée : Lettre de Jacques, chapitre 1, versets 13 à 18.

 

Categories: Diable, Libérateur Tags:

Ah ! Si seulement !

12/04/2017
Commenter

« Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? »
Jésus leur répondit : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez… »

Matthieu 11.3-4

boy-1636731_640Les Juifs de l’époque se disaient : « Ah ! Si seulement le Messie était là, les choses changeraient ! Les Romains seraient défaits et nous serions enfin libres… » Et voilà qu’un sabbat, Jésus se présente comme le Messie, comme celui qui apporte le vrai bonheur1.
Parfois, nous pensons : « Ah… Si j’avais ce nouveau téléphone portable, je serais tellement mieux ! Ah… Si seulement la situation était différente ! Si mon patron me faisait plus confiance, si lui/elle pouvait s’intéresser à moi… »
Le fait est que le seul vrai bonheur se trouve en Christ. Il ne paraît pas impressionnant (quoique). Il semble être un simple juif de l’Antiquité, qui a dit de belles choses… Mais Jésus est le Messie. Il est l’envoyé de Dieu pour libérer ceux qui sont prisonniers de chaînes invisibles. Il est venu rendre la vue à ceux qui sont aveugles et qui marchent dans l’obscurité… Il est venu pour réconcilier les humains avec Lui. Le vrai bonheur ne se trouve pas dans tel ou tel produit, il ne se trouve pas non plus dans une situation différente, il se trouve chez le Messie…

Matthieu Gangloff

1 Luc 4.18

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 7, versets 40 à 52.

 

Categories: Jésus, Libérateur Tags: