Archive

Archives pour la catégorie ‘Incrédulité’

Renversement de valeurs

10/08/2017
Commenter

Je ne suis pas venu appeler à la repentance des justes, mais des pécheurs.
Luc 5.32

Luc, dans ce chapitre de son évangile, nous présente Jésus-Christ comme quelqu’un d’attentif aux autres. Il touche un lépreux, aide un paralytique et mange avec un péager. Les mots de l’en-tête sont une réponse aux critiques des religieux d’alors qui ne comprennent pas l’attitude de Jésus à l’égard de ces personnes.
Les religieux se prétendaient justes, comme n’ayant pas besoin de Dieu… Dans son commentaire, William MacDonald précise qu’en réalité les pharisiens n’étaient pas justes1 : ils avaient autant besoin du salut que les autres. Mais ils ne voulaient pas reconnaître leur culpabilité ni avouer leurs péchés. C’est pourquoi ils critiquaient la décision du “médecin” de se rendre chez ceux qui étaient sérieusement malades.
Alors que le lépreux, le paralytique se réjouirent de l’intervention du Christ, les pharisiens restèrent en dehors de la joie. Tout cela parce qu’ils ne voulurent pas poser un regard objectif sur leur vie.
L’humilité nous fait admettre que nous sommes pécheurs et elle précède nécessairement le changement qui sauve. Nombreux sont, hélas, ceux qui pensent qu’ils peuvent se passer du divin médecin. C’est une erreur dramatique.

Matthieu Gangloff

1 Commentaire biblique du disciple, Éditions Joie

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 5, versets 29 à 39.

 

Categories: Illusions, Incrédulité Tags:

Pas reconnu ou pas cru ?

28/07/2017
Commenter

Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas accueilli.
Jean 1.11

Il était venu à la maternité pour voir sa nouvelle cousine. Après un bref regard à Julia dans les bras de sa maman, le petit Thibault s’approcha de la coque-berceau et se hissa sur la pointe des pieds en disant : « Bébé ! » Sa mère le prit par la main et le conduisit vers Julia, mais il retourna obstinément vers la coque. C’est là que, deux semaines plus tôt, il avait découvert un autre nouveau petit cousin. Le bébé attendu ne pouvait donc être qu’à cet endroit !
Quand le Fils de Dieu est venu naître en ce monde, il n’a pas été reconnu comme tel, même par ceux qui l’attendaient. Un bébé dans une crèche ? Ce n’est pas du tout ainsi que les religieux se représentaient le Messie attendu ! Pourtant, ils auraient dû le reconnaître ! Le petit Thibault avait les attentes de son tout jeune âge. Mais eux, ils étaient censés avoir une approche adulte et réfléchie nourrie des Saintes Écritures qu’ils lisaient !
De plus, la vie pure de Jésus, ses paroles et ses miracles auraient dû les convaincre. Mais non, on décida de faire mourir le gêneur indésirable !
En parlant de mon Sauveur autour de moi, je constate aussi que les évidences ne pèsent pas lourd pour ceux qui ne veulent pas croire en Christ et qui refusent que Dieu bouleverse leur vie !
Et vous ? Vous manque-t-il des preuves pour croire en Jésus ? Ou peut-être cela vous semble clair, mais vous vous demandez si vous voulez lui confier votre vie ? Courage !

Claude Schneider

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Ésaïe, chapitre 53, versets 1 à 6.

 

Categories: Incrédulité, Religion Tags:

Étonnamment imperméable !

11/07/2017
Commenter

Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle, ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !
Jean 5.39-40

Les religieux contemporains de Jésus sondaient les Écritures qui rendaient témoignage du Christ. Pourtant, voyant Jésus de Nazareth accomplir ce qui était écrit de lui, ils refusent de croire qu’il était le Christ. Voilà ce qui est le plus étonnant ! Malgré tant de miracles, les actes et les paroles de Jésus ne réussirent pas à percer la carapace de leur orgueil, de leur indifférence. Leur cœur est devenu insensible, incrédule. Avec cette mauvaise volonté, ils entendent, mais ne comprennent pas ; ils regardent, mais ne voient pas1. Jésus est surpris2 et affligé de leur endurcissement de cœur3. Ils restent imperméables à son Évangile…
Qu’en est-il aujourd’hui ? Qui entend, qui comprend la parole de Christ ? Il ne suffit pas de posséder une Bible, il faut la lire pour l’entendre et la reconnaître pour vraie. Certes, il faut également la comprendre… Mais plus qu’intellectuellement, il faut l’accueillir de bon cœur ! C’est toujours le même principe : la bonne nouvelle du salut ne peut agir que dans un cœur ouvert au repentir et à la foi.
Soyons donc perméables à la parole de Jésus-Christ !

Dominique Moreau

1 Matthieu 13.14-15           2 Marc 6.6           3 Marc 3.5

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 13, versets 9 à 16.

 

Categories: Incrédulité, Parole de Dieu Tags:

Des excuses pour ne pas croire

08/07/2017
Commenter

Celui qui cherche trouve, dit Jésus.
Matthieu 7.8

Voici quatre objections souvent avancées pour ne pas croire :
– « On ne peut pas savoir, parce que personne n’est revenu de l’au-delà. »
En fait, Jésus est revenu des morts : il a été vu par des centaines de témoins pendant 40 jours après sa résurrection. Paul écrit qu’il a même été vu par 500 personnes à la fois.1
– « Les chrétiens ne vivent pas comme l’Évangile qu’ils professent l’exige. »
Jésus lui-même a dit : « Ceux qui me disent Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le Royaume des cieux, mais ceux-là seuls qui font la volonté de leur Père. »2 Chacun rendra donc compte pour lui-même.
– « Si Dieu existe, pourquoi tant d’injustices dans le monde ? »
Ce sont précisément les hommes qui rejettent le Dieu de la Bible qui commettent des actes d’injustice, de haine et de violence.
– « Il sera toujours assez tôt de penser à l’éternité, après la mort. »
C’est avant de prendre le train qu’il faut s’enquérir de sa destination. Après la mort, on est irrémédiablement sauvé ou perdu.
Nous sommes responsables de chercher la vérité, de lire la Parole de Dieu, aujourd’hui. Nos excuses ne seront pas recevables au jour du jugement.
Cherchons Dieu aujourd’hui ! Maintenant, venons à Jésus pour être pardonnés de nos fautes, libérés de nos passions, et devenir des enfants de Dieu.

Théophile Hammann

1 1 Corinthiens 15.6           2 Matthieu 7.21

__________________
Lecture proposée : Psaume 14.

 

Categories: Incrédulité Tags:

Aïe !

24/05/2017
Commenter

Ma parole n’est-elle pas comme un feu, dit l’Éternel, et comme un marteau qui brise le roc ?
Jérémie 23.29

hammer-1008976_640Dans un atelier, un ouvrier plaisantait sur l’obtention d’un congé maladie. « Tiens, tape là avec ton marteau, ça me fera des vacances ! » dit-il à son copain, en posant sa main sur l’établi. Et l’autre, avec le ton de la bravade : « À ton service l’ami ! » Vlan ! Le coup partit aussi fort que sa bêtise ! Sous les yeux ahuris des collègues, la main reçut son dû… Oui, l’histoire est vraie… Que s’était-il passé ? Un quiproquo tragicomique que nos « cascadeurs amateurs » avouèrent ensuite : l’un croyait que son ami allait taper à côté de sa main, tandis que l’autre pensait qu’il allait enlever sa main… Aïe !
Nos choix ont des conséquences auxquelles il faut réfléchir avant de passer à l’acte ! Combien de désillusions, de drames, d’échecs ont leurs sources dans « Mais je croyais que » ! À qui confions-nous nos vies, nos projets, nos espoirs, notre confiance ?
Ce fait divers me fait penser à ceux qui se moquent des paroles de Dieu, de leur propre culpabilité, de l’enfer. Et puis aussi à ceux qui ont la bravade dans la bouche avant que l’épreuve les frappe. Ils plaisantent face aux avertissements du jugement dernier… Ils se persuadent que Dieu n’existe pas, et, s’il existe, que le feu du jugement ne les atteindra pas, que le marteau les ratera.
Sauf que Dieu ne joue pas !

Dominique Moreau

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Jérémie, chapitre 23, versets 16 à 29.

 

Categories: Folie et sagesse, Incrédulité Tags: