Archive

Archives pour la catégorie ‘Force et faiblesse’

Harmonie

14/08/2016
Commenter

Sachez donc, hommes frères, que c’est par lui, Jésus, que le pardon des péchés vous est annoncé.
Actes 13.38

statue-518007_640Un objet n’est pas seulement une forme, un volume, un poids, une matière, une odeur ou une couleur, mais l’ensemble de ces aspects ! De même, l’homme n’est pas que corps, intelligence, volonté, sentiment ou conscience, mais l’ensemble de ces “natures”. Il est fait “chair” pour agir, se mouvoir, entendre, voir, sentir, goûter ; et il est fait “âme” pour réfléchir, décider, ressentir, aimer, être aimé…
Créé par Dieu, notre être porte une diversité, un ordre, une harmonie, un tout.
Un déséquilibre, une domination ou un désordre en son sein suffisent pour porter tort à l’ensemble. Or, nous le savons par expérience, notre corps et notre âme connaissent une lutte désespérée pour le bien. Bien souvent, l’âme sait ce qui est bien, mais reste sans force sous les assauts des passions qui l’agitent et qui s’expriment par son corps. L’âme peut subir une pression et une révolte intenables. Dans le dialogue de “De la tranquillité de l’âme”,
Sénèque, le sage stoïcien, sentait que la raison ne pouvait vaincre durablement la force naturelle du vice. Le péché empoisonne toute l’humanité. Nous sentons bien ce désordre, cette dualité entre le bien et le mal en nous. C’est pourquoi Dieu a envoyé son Fils pour apporter le pardon, la délivrance des péchés, puis remettre de l’ordre dans la vie de celui qui le reçoit. Sachez donc que c’est par lui que l’harmonie revient.

Dominique Moreau

__________________
Lecture proposée : Lettre aux Romains, chap. 7 v 9 à chap. 8 v 2.

 

Categories: Force et faiblesse, L'homme Tags:

Précarité

05/08/2016
Commenter

Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !
Matthieu 5.3

homeless-295489_640Nous entendons partout que la précarité augmente de plus en plus en Europe. Mais qui sait d’où vient ce mot ? Le mot précaire est apparu au 16ème siècle. Il provient du latin juridique precarius qui signifie « obtenu par la prière ».1 L’homme reconnu comme précaire était celui qui n’avait plus d’autre moyen de salut que de crier à Dieu pour sa subsistance. Être dans la précarité, c’est avoir épuisé tous les moyens humains à disposition pour espérer s’en sortir.
Jésus déclare heureux ceux qui sont précaires sur le plan spirituel. À ses yeux, ces gens se trouvent dans l’état idéal pour recevoir ce que Dieu veut leur donner. Tant que nous nous croyons riches, forts, suffisants en nous-mêmes, nous n’avons pas besoin de Dieu ! Pourquoi le prierions-nous puisque nous pouvons y arriver sans lui ?
Je suis reconnaissant pour le jour où Dieu m’a donné de prendre conscience de ma précarité. Au fond de moi, que de pauvreté en amour, en pureté, en maîtrise de soi ! Que d’impuissance dans mes efforts pour m’améliorer ! J’ai compris que ce que je ne pouvais produire, Jésus voulait l’être en moi. Il me suffisait de lui dire ma précarité et de lui demander d’être ma richesse. Ma précarité n’a pas disparu. Mais quelle joie de présenter chaque jour à Dieu mes mains et mon cœur vides pour qu’il les remplisse !

Gilles Georgel

1 http://equilibreprecaire.wordpress.com/2007/09/27/priez-petits-precaires-ou-letymologie-du-mot-precaire/

__________________
Lecture proposée : Psaume 69, versets 30 à 34.

 

Categories: Besoins, Force et faiblesse Tags:

La nuit qui nous dévoile

23/03/2016
Commenter

Je serai pour vous tous, cette nuit, une occasion de chute.
Matthieu 26.31

15651989965_a83ca79010_mLa nuit dans laquelle plonge Jésus est révélatrice. Elle met à nu les motivations des uns et des autres.
Elle dévoile Marie1 qui, dans son amour extravagant, répand un flacon de parfum de grande valeur sur la tête de Jésus. Notons qu’elle agit sans pression habile d’un prédicateur matérialiste moderne. Elle donne, se donne, parce que l’amour est ainsi. Nous sommes souvent comme les disciples, nous calculons. Cette nuit révèle le dernier amour désintéressé que recevra le Christ ici-bas.
Elle dévoile en Judas1 le traître pour qui la mesure est pleine. Quand Marie donne tout, elle heurte de front Judas qui garde tout. Il est déçu par Jésus, et donc par Dieu. Incapable de laisser Dieu être Dieu dans sa vie, il perd pied hors de la grâce. À la table du dernier repas de Jésus avec ses disciples, il reçoit la dernière occasion de se repentir. Mais son cœur est déjà trop loin.
Pierre1 est découvert dans sa prétention. Bientôt, un coq lui enlèvera toute illusion sur lui-même. Quand il se croyait meilleur que…, il était aveugle et inutile. Quand il découvrira le pardon, ses yeux s’ouvriront et il deviendra enfin utile au Royaume de Dieu.
Et les autres1 ? Tous dormiront quand ils auraient dû veiller. Ils laisseront Jésus se débrouiller tout seul, seul par la faiblesse coupable de tous.
Cette nuit me dévoile. Elle me rappelle que Christ est mort pour les coupables. J’en suis.

Egbert Egberts

1 Voir la lecture proposée et Jean 12.3

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 26, versets 6 à 46.

Photo Credit: byb64 via Compfight cc

Categories: Force et faiblesse, Péché Tags:

Avoir le dernier mot

20/01/2016
Commenter

L’homme fait des projets, mais celui qui a le dernier mot, c’est l’Éternel.
Proverbes 16.1

pair-709678_640Certaines conversations ressemblent à des compétitions : c’est à qui aura le dernier mot ; quitte à utiliser des stratagèmes quand les arguments font défaut. Hausser le ton, fondre en larmes, taper du poing sur la table et se rouler par terre comme un enfant, tout est bon pour y parvenir.
De là à s’imaginer qu’on peut procéder de la même manière avec Dieu… Quelle illusion ! Même s’il nous laisse parler, projeter et faire, nous ne maîtrisons pas le cours de notre vie et le résultat de nos efforts. Lui, si ! Nous pouvons nous fier à notre intelligence, échafauder des projets ambitieux et être très fiers lorsqu’ils se réalisent, mais savons-nous ce que demain nous réserve ?1
Et s’il faisait une dérogation à cette règle, ce ne serait pas à notre avantage, car il sait mieux que nous ce qui est pour notre bien.
Dieu a des projets formidables pour nous. Cessons donc de vouloir avoir raison et de miser sur des valeurs éphémères. Cherchons au contraire à connaître sa volonté dans sa Parole qui est la vérité et qui demeure éternellement. De toute façon, même si nous refusons de croire en lui et en ses paroles, c’est lui qui aura le dernier mot.
Voici ce que vous devriez dire : « Si le Seigneur le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela ! »2

Bernard Smagghe

1 Jacques 4.14           2 Jacques 4.15

__________________
Lecture proposée : Lettre de Jacques, chapitre 4, versets 13 à 16.

Categories: Force et faiblesse, Nous et Dieu Tags:

Formidable !

04/01/2016
Commenter

Il aura pitié du misérable et de l’indigent, et il sauvera la vie des pauvres.
Psaume 72.13

14643874853_dc5f46d23e_mEn 2014, le chanteur Stromae a remporté les Victoires de la Musique avec son chant « Formidable ». Le chant relate l’histoire d’un homme ivre qui a rompu avec sa copine. Réalisant son erreur, l’homme se parle à lui-même et à son amie disant : « Tu étais formidable, j’étais fort minable. »
Les paroles de ce chant pourraient s’appliquer à de multiples situations. Combien de fois nous comportons-nous de manière fort minable face à des personnes qui se sont montrées formidables ! Fort minables, nous le sommes de toute manière face à Dieu ! Fort minables dans notre capacité à faire le bien, tenir nos résolutions ! Fort minables lorsque nous avons tort et que nous devrions le reconnaître.
Pour les gens fort minables que nous sommes, Dieu a envoyé un Sauveur formidable : Jésus. Jésus a été formidable en toutes choses. Formidable dans son amour pour tous les minables ! Formidable dans sa volonté de les arracher à leurs vices, leur misère. Formidable dans le don gratuit de sa personne. Par son sacrifice formidable, il offre à tous ceux qui se savent fort minables le pardon et une vie nouvelle.
Oui ! J’étais fort minable et Tu as été pour moi formidable !

Gilles Georgel

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 4, versets 18 et 19.

Photo Credit: Exit Festival via Compfight cc

Categories: Force et faiblesse, Jésus Tags: