Archive

Archives pour la catégorie ‘Foi’

Un chemin nouveau

06/07/2017
Commenter

Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu’ils ne connaissent pas, je les conduirai par des sentiers qu’ils ignoraient ; je changerai les ténèbres en lumière devant eux et je redresserai les passages tortueux. Voilà ce que je ferai, et je ne les abandonnerai pas.
Ésaïe 42.16

Le chemin de la foi est un chemin nouveau sur lequel nous marchons pas à pas, découvrant aujourd’hui ce qui nous était inconnu hier et allant vers un lendemain plein de surprises. Habitués aux cartes routières et aux GPS, nous avons perdu l’audace des aventures vers l’inconnu.
L’équipage de Christophe Colomb avait failli se mutiner dans une telle aventure. Mais Colomb, mû par sa conviction intérieure, notait chaque jour dans son journal de bord : « Avons poursuivi notre route ». Il ne connaissait pas le chemin, mais il le découvrait jour après jour.
De même Dieu veut nous faire découvrir le chemin qu’il a tracé pour nous. Marcher par la foi c’est aller vers l’inconnu avec l’assurance de ne pas être abandonné par Dieu. Marcher par la foi c’est se laisser guider par Dieu, c’est l’assurance d’être éclairé au moment voulu. Marcher par la foi c’est découvrir un chemin nouveau que nous n’avons pas encore fréquenté.
Si vous désirez connaître une vie nouvelle, abandonnez vos vieilles illusions et laissez-vous empoigner par Dieu sur ce chemin nouveau ouvert par Jésus-Christ.

Alain Monclair

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Ésaïe, chapitre 42, versets 13 à 17.

 

Categories: Foi, Vie nouvelle Tags:

Sur le toit

02/07/2017
Commenter

Racontez-lui ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient, les paralysés marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres.
Luc 7.22

Nous étions une petite équipe à retaper le toit de notre bâtiment d’église. Les bois étaient bien malades et le danger de passer au travers était grand. Il suffisait d’un pied mal placé et ce pouvait être la chute. Le travail fut ardu, mais heureusement, tout s’est bien terminé.
Cela m’a fait penser à ces quatre hommes qui ont découvert le toit plat d’une maison et ont passé par la brèche le brancard d’un de leurs amis malade. Cela dut aussi être un moment intense pour toute l’assistance. Le malade n’allait-il pas tomber sur eux ? Ou un morceau de la toiture ? Et puis, où poser le lit dans cette maison remplie de monde ? Il a fallu en bouger des choses !
Jésus a compris la volonté de ces hommes : ils croyaient en lui et attendaient qu’il agisse pour que leur ami ressorte sur ses pieds ! Quelle foi !
Jésus guérit l’homme paralysé, mais il a aussi touché son cœur, prenant en charge son péché.
Toute l’assistance en a été témoin. Parmi eux, des religieux. Tous n’ont pas accepté les paroles de Jésus. Tout cela était trop en décalage avec ce qu’ils avaient appris et avec leurs habitudes. Ils savaient pourtant que Dieu est le Dieu de l’impossible.
Pourquoi n’ont-ils pas tous compris ?

Bernard Doise

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Marc, chapitre 2, versets 1 à 12.

 

Categories: Foi, Miracles Tags:

À genoux

12/05/2017
Commenter

Quand il vit cela, Simon Pierre tomba aux genoux de Jésus, et dit : Seigneur, retire-toi de moi, parce que je suis un homme pécheur.
Luc 5.8

god-2025655_640Dans son Protreptique1, Clément d’Alexandrie (150-220) écrit : « Quelle est la grandeur de l’amour de Dieu pour les hommes ? Quelle est l’intensité de sa haine pour le crime ? » Que répondre ? Autant essayer de mesurer la terre avec une règle d’écolier ! D’ailleurs, l’auteur poursuit ainsi : « Les paroles humaines ne sauraient l’exprimer… »
Infinie haine pour le péché, amour infini pour le pécheur : nous sommes doublement dépassés par le caractère de Dieu ! Si nous pouvions seulement en saisir une part, assurément nous serions à genoux devant lui, terrassés par le poids du mal qui nous habite. Et, nous serions également frappés de stupeur devant sa bonté envers nous.
Mais ces vérités, Jésus-Christ, crucifié pour nos fautes, est suffisant pour nous les révéler ! L’homme ne peut pas « mesurer » Dieu, mais l’Esprit de Dieu peut l’effectuer pour nous. Ainsi Pierre a été saisi de peur dans la barque à la vue du miracle opéré par le Christ.
Pour la compréhension, il faut la révélation. La première, humaine, concerne la raison ; la seconde, divine, vise le cœur ! L’évangile ne dit pas : « Comprends Jésus, et tu seras sauvé », mais : Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé2.

Dominique Moreau

1 Un traité qui invite à la conversion           2 Actes 16.31

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 5, versets 1 à 11.

 

Categories: Foi, Qui est Dieu Tags:

Qu’est-ce que la foi ?

18/04/2017
Commenter

Et nous, nous croyons et nous savons que tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant.
Jean 6.69

father-310580_640La foi, c’est croire que Dieu existe, bien sûr ; mais c’est croire, aussi, que tout ce qu’il a dit est vrai. La foi, c’est croire le message de Dieu. Elle n’est pas une simple croyance, héritage culturel que nous conservons par tradition. Elle est conviction de cœur, engagement, confiance et obéissance. Elle nous permet d’affirmer : « La Bible a raison. Dieu est. Il a parlé. Il s’est fait connaître en Jésus-Christ. » La foi, c’est la confiance dans les déclarations de la Parole de Christ. C’est croire que le Créateur de l’univers a voulu notre existence, qu’il s’intéresse à nous et veut donner une direction à notre vie. C’est avouer nos limites et accepter l’autorité de Dieu. C’est accepter le pardon que Dieu nous offre au travers de l’œuvre accomplie par le Christ crucifié et ressuscité. (Crucifié pour effacer nos fautes, ressuscité pour nous libérer du passé et nous permettre de commencer une vie nouvelle.)
La foi n’est pas un saut dans l’inconnu, c’est un pas vers quelqu’un ! Le romancier Henry Miller écrit : « L’homme a ce choix : laisser entrer la lumière ou garder les volets fermés. » La foi, c’est « ouvrir les volets », c’est donner notre main à celui qui nous a ouvert les siennes pour nous accueillir et établir avec nous une alliance d’amour.
Connaître le Dieu de la Bible, vivre avec le Dieu de Jésus-Christ, cela en vaut la peine !

Francis Bailet

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 8, versets 12 à 18.

 

Categories: Confiance, Foi Tags:

Le tombeau vide

17/04/2017
Commenter

Heureux ceux qui croient sans avoir vu.
Jean 20.29

Valloton Annie -résurrection_2Le matin de Pâques, tous les proches de Jésus ont vu la même chose : un tombeau vide.
– Marie-Madeleine pense que quelqu’un a enlevé le corps.
– Les femmes, venues pour embaumer Jésus, sont terrorisées par la présence de l’ange.
– Pierre s’en va perplexe sans comprendre.
– Le disciple Jean voit et croit.
Après une mort, le tombeau doit contenir un corps. C’est une évidence.
Mais voilà, les amis de Jésus sont devant l’incompréhensible. Pas de corps ! L’ange dit que Jésus les attend en Galilée. Jésus n’aurait-il pas pu les attendre ici près du tombeau ? Le voyant vivant, ils auraient su qu’il était ressuscité.
Mais il n’est pas là, et ils doivent croire les paroles de l’ange et ce signe du tombeau vide. Iront-ils en Galilée ? Ne se rendront-ils pas ridicules d’aller chercher un mort ailleurs que dans son tombeau ?
Jésus leur avait souvent dit qu’il lui fallait mourir et qu’il ressusciterait. Mais ils n’avaient rien compris. Devant ce tombeau vide, ses paroles leur reviennent maintenant à la mémoire et prennent du sens.
Vont-ils croire ? Ils se mettent en marche et rencontrent… le ressuscité.
Pour « rencontrer Jésus », il est demandé à chacun de croire, car sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu.1

Elfriede Eugène

1 Hébreux 11.6

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 20, versets 24 à 29.

 

Categories: Foi, Résurrection Tags: