Archive

Archives pour la catégorie ‘Fêtes religieuses’

Des mages

06/01/2017
Commenter

Des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem et dirent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître car nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus pour l’adorer. »
Matthieu 2.2

holy-three-kings-3888_640Que n’a-t-on pas dit au sujet des mages ? Si seulement l’on s’était contenté de ce que dit la Bible ! Les mages ne furent prétendus « rois » qu’à partir du 6ème siècle. Quant au nombre traditionnel de trois, il est également sujet à caution. Dans d’autres traditions, leur nombre s’élève jusqu’à douze !
Il convient d’évacuer tout ce qui est irréel et de s’en tenir aux récits bibliques. Ceux-ci présentent les faits authentiquement merveilleux avec la plus grande simplicité – ce qui a fait dire à Jean-Jacques Rousseau, parlant de la Bible : « Ce n’est pas ainsi qu’on invente ! »
Des bergers juifs sont venus adorer l’enfant Jésus qui venait de naître à Bethléhem. Peu après, ce sont les mages, des savants non-juifs, qui viennent depuis l’Orient en Judée, à la recherche de l’enfant Jésus, dont ils ont su distinguer le signe de la naissance en suivant son étoile.
Lorsqu’ils arrivent, ils sont saisis d’une très grande joie, se prosternent et l’adorent. Ne sont-ils pas venus pour cela ? Ils l’avaient dit au roi Hérode : « Nous sommes venus pour l’adorer. » Ils n’en restent pas là : ouvrant leurs trésors, ils lui offrent en don de l’or, de l’encens et de la myrrhe.
Et nous, qu’allons-nous apporter à Jésus ? Une adoration vraie, qui vient du cœur !

Lucien Clerc

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 2, versets 1 à 12.

 

Categories: Adoration, Fêtes religieuses Tags:

Quelle trêve ?

26/12/2016
Commenter

La gloire est à Dieu dans les cieux très hauts, et sa paix est accordée à ceux qui l’aiment !
Luc 2.14

dove-220179_640Le temps de Noël est une trêve. Ce temps est-il simplement « la trêve des confiseurs », selon l’expression bien connue ? Ou bien s’agit-il d’un temps mis à part pour retrouver une paix intérieure mise à mal par le tourbillon du monde dans lequel nous sommes entraînés ?
Ce soir de décembre, j’écoute des chants de Noël dont les textes parlent de paix, de bienveillance entre les hommes. Ces textes annoncent la venue de Jésus, le Prince de la paix, parmi nous. L’écoute de ces vieux cantiques me permet de sortir de mon agitation. Je retrouve la paix en entendant parler de Dieu, venu comme un petit enfant dans notre monde. C’est comme un baume mis sur des blessures qui me font souffrir. Ces chants m’émerveillaient dans mon enfance, mais je n’en saisissais pas le contenu. Et pourtant ils me remplissaient de cette paix de Noël. Bien plus tard, j’ai réalisé qu’ils m’avaient conduit à accepter Jésus, Dieu fait homme, comme mon Sauveur et Seigneur.
Oui, Noël est une trêve. Un temps où nous pouvons nous émerveiller de la venue de ce petit enfant ; un temps où l’invitation de confier notre vie au Seigneur Jésus nous est renouvelée.
Cette trêve prend alors tout son sens : nous faire entrer dans la dimension de l’éternité avec Dieu.

Francis Praline

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 2, versets 21 à 32.

 

Categories: Fêtes religieuses, Paix Tags:

Le message de Noël

25/12/2016
Commenter

Je vous annonce une bonne nouvelle… C’est qu’aujourd’hui… il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.
Luc 2.10-11

birth-of-jesus-1150128_640Peu importe si le 24 décembre est la date exacte de la naissance du Christ ou non. L’important, c’est que Dieu ait donné son Fils.
Il est bon chaque année de se remémorer, Bible en mains, les circonstances, miraculeuses et humbles tout à la fois, de sa naissance. Nous vous invitons particulièrement à faire la lecture proposée au bas de ce feuillet.
Que nous dit le verset du début du feuillet ?
Aujourd’hui : La venue de Jésus s’est actualisée dans l’histoire du monde et doit s’actualiser dans la nôtre. Aujourd’hui, il veut nous bénir ;
Il vous est né… : C’est pour nous qu’il est né. Non pas pour Marie ou Joseph, mais pour tous les hommes ;
… un Sauveur : Il est venu chercher et sauver ce qui était perdu, vous-même, tout particulièrement. Il veut être votre Sauveur, dans une relation personnelle avec vous ;
… qui est le Christ : Il est le Fils de Dieu, le Messie, revêtu déjà, dans sa fragilité, des plus hautes qualifications divines ;
… le Seigneur : L’enfant couché dans la crèche va devenir le Sauveur en mourant sur la Croix, et le Seigneur en ressuscitant glorieusement pour nous. Est-il votre Maître, votre Seigneur ? Lui avez-vous donné votre vie ?
Ce n’est qu’à ce prix que Noël aura pour vous sa pleine signification.

Lucien Clerc

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 2, versets 1 à 20.

 

Categories: Fêtes religieuses Tags:

Un bébé si faible…

24/12/2016
Commenter

Marie enveloppa Jésus de langes et le coucha dans une mangeoire.
Luc 2.7

catholic-1294124_640Parmi tous les petits de mammifères, les bébés des humains sont probablement les plus fragiles. Même le petit kangourou, une fois placé dans la poche de sa mère, trouve lui-même le mamelon spécial qui va le nourrir. Il n’est pourtant long que de 4 ou 5 cm, alors que sa mère a une taille de 2 m. Mais si une maman ne met pas son bébé sur le sein, le nouveau-né sera incapable de trouver le lait maternel.
Or l’Évangile nous apprend que le Créateur s’est incarné en Jésus-Christ. La vierge Marie s’est trouvée enceinte par la vertu du Saint-Esprit, et son bébé Jésus est né dans une étable ! Puis, Hérode le Grand a failli le massacrer. Seule la fuite en Égypte l’a sauvé. Plus tard, Jésus a vécu à Nazareth, ville méprisée, gagnant sa vie comme simple charpentier…
Dieu le Père n’a-t-il pas pris un très grand risque en permettant que le futur Sauveur du monde vive ainsi ? La fête de Noël est censée commémorer la nativité de Jésus-Christ. Mais ce fait historique n’est-il pas continuellement ignoré ou oublié aujourd’hui ? Le plus grand nombre pense à des cadeaux, à un repas copieux…
Ne courez pas, vous, le risque du reproche que Jésus a fait à son entourage : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est très éloigné de moi.1
Retrouvez le sens de la venue de Jésus parmi les hommes et de sa présence ici-bas. Lisez ou relisez le texte dans l’évangile selon Luc.

Pierre Wheeler

1 Matthieu 15.8

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 2, versets 1 à 14.

 

Categories: Fêtes religieuses, Jésus Tags:

La couronne de l’Avent

27/11/2016
Commenter

Le peuple qui vivait dans les ténèbres verra briller une grande lumière : la lumière resplendira sur ceux qui habitaient le pays dominé par d’épaisses ténèbres.
Ésaïe 9.1

advent-wreath-513580_640La couronne de l’Avent aurait été inventée à Hambourg en 1839 par le pasteur Johann Heinrich Wichen. Il avait recueilli des enfants très pauvres dans le « Rauhe Haus », une vieille ferme où il s’occupait d’eux. Comme pendant le temps de l’Avent ils lui demandaient toujours quand Noël allait enfin arriver, il fabriqua une couronne de bois avec 19 petits cierges rouges pour chaque jour de semaine et 4 grands cierges blancs pour chaque dimanche précédant Noël. Chaque matin un nouveau cierge était allumé. Cette coutume a été reprise depuis dans de nombreux pays.
La tradition de l’Avent remonte quant à elle aux premiers siècles du christianisme. Du latin « adventus » (= venue, avènement), l’Avent est un temps de préparation à la célébration de la venue de Jésus, Dieu fait homme. Il est venu à Bethléem voici plus de 2000 ans apporter aux hommes plongés dans les ténèbres du péché la Vie et la Lumière de Dieu. Le cercle formé par la couronne de l’Avent symbolise cette vie éternelle et les bougies, la lumière de Dieu qui éclaire le monde.
Pour le croyant l’Avent se vit aussi au quotidien : Jésus a promis d’être tous les jours avec ceux qui ont cru en lui. L’Avent annonce également le retour de Jésus en gloire à la fin des temps. Il est venu, il vient, il reviendra ! Est-ce aussi votre assurance ?

Bernard Grebille

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Ésaïe, chapitre 9, versets 1 à 6.