Archive

Archives pour la catégorie ‘Engagement’

Pour un peu de plaisir

20/06/2017
Commenter

Demande ce que tu voudras et je te le donnerai.
Marc 6.22

Salomé était la fille d’Hérodias, femme illégitime d’Hérode. Elle a dansé devant Hérode et ses invités, et lui a plu ainsi qu’à ses convives. Il n’en a pas fallu plus pour qu’il lui fît l’imprudente promesse : « Demande ce que tu veux ». Promesse bientôt regrettée : elle ne demanda rien moins que la tête du prophète Jean-Baptiste !
Ne voit-on pas aisément nos contemporains prêts à donner leur âme – ce qu’ils ont de plus précieux – en échange d’un peu de séduction ? Le réveil vient toujours, et il est terrible ; mais on ne pense qu’à la satisfaction du présent !
Il est grand temps de se ressaisir, car le moment de rendre des comptes est bien proche. Est-il encore besoin de le dire ? L’actualité n’est-elle pas parlante ?
Jésus seul est digne d’être traité avec la largesse d’un Hérode. Lui seul est digne qu’on lui dise : « Demande ce que tu voudras ». Car lui seul s’est donné tout entier au prix de souffrances indicibles et jusqu’à être crucifié, pour nous accorder le pardon et la vie véritable.
Si nous l’avons compris, comment ne pas prendre en retour la décision de lui donner tout ce qu’il souhaite ? Or, ce qu’il demande, c’est notre cœur. Si nous l’aimons, le reste perdra tout son éclat et rien ne sera difficile à lui donner par-dessus.
Le don de nous-mêmes nous paraîtrait-il trop coûteux en réponse à son amour sans limites ?

Richard Doulière

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Marc, chapitre 6, versets 17 à 29.

 

Categories: Engagement, Vanité humaine Tags:

Devenir disciple

11/06/2017
Commenter

Jésus leur dit : « Suivez-moi et je ferai de vous des pêcheurs d’hommes ». Ils abandonnèrent aussitôt leurs filets et le suivirent.
Matthieu 4.19-20

Ne vous êtes-vous jamais imaginé à la place de Jésus ? Votre mission est de sauver le monde. Mais par où commencer ? Voici où Jésus a commencé.
Il appelle. Qui ? Des gens très qualifiés ? Des chefs du peuple ? Des pharisiens ? Ou des gens ordinaires ? Même pas. Il appelle des Galiléens méprisés. Jésus fait ainsi le contraire du “bon sens”. Nous dirions : « Mais quel avenir avec des gens pareils ? Aucun. » Jésus aurait sans doute été d’accord avec nous. Aucun si cela ne dépendait que d’eux. Il n’y a d’espoir que si l’avenir dépend de celui qui appelle et qui qualifie. Dès que nous nous mettons à croire que cela dépend de nous, l’espoir s’évanouit. Il appelle. L’initiative est toujours chez lui. Suivre Jésus n’est donc pas notre initiative : ce n’est jamais que notre réponse à son appel.
Comment ont réagi ceux que Jésus a appelés ? Leur point commun est que tous ont abandonné tout ce qui s’interposait entre leur vie quotidienne et cet appel qui ne pouvait souffrir aucune remise au lendemain. Sans abandon, qui pourrait suivre Jésus ? On deviendrait seulement un peu plus religieux ! L’appel demande l’obéissance.
Pourquoi Jésus nous appelle-t-il ? Non d’abord pour le servir, mais pour être avec lui. Son but est de nous lier à lui, pour avancer chaque jour dans une vie intime avec lui. Nous ne rejoignons pas une organisation : nous le suivons.

Egbert Egberts

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 4, versets 18 à 22.

 

Categories: Engagement Tags:

Félix Neff (1797-1829)

22/05/2017
Commenter

Que celui qui a soif vienne. Que celui qui veut de l’eau de la vie la reçoive gratuitement.
Apocalypse 22.17

Félix_NeffFélix Neff a déployé un zèle infatigable en tant qu’évangéliste et pasteur dans les régions reculées et déshéritées du Queyras et de la vallée de Freissinières.
Son action est à l’origine d’un véritable réveil spirituel. Il ne se préoccupe pas seulement du salut des âmes, mais aussi de l’amélioration des conditions de vie des montagnards. Il se soucie de l’instruction des enfants et fait venir des maîtres. Il installe à Dormillouse, à 1728 mètres d’altitude, une « école modèle » pour former des instituteurs. Ce sera en 1825 une des premières « écoles normales » de France… Il incite aussi les villageois à adopter de meilleures techniques culturales pour améliorer les rendements. « J’avais remarqué, dit-il, qu’on n’avait point à Dormillouse l’usage d’arroser les prairies et, les voyant desséchées, j’avais dit aux habitants en leur montrant leur ruisseau, vous faites de cette eau comme de l’eau vive de la grâce. »
Surmené par tous les déplacements et des années d’activité inlassable, il tombe gravement malade. Sur un papier fixé sur le mur face à son lit, il fait écrire cette parole de Jésus : Celui qui croit en moi a la vie éternelle1. Il l’appelle son « passeport ». Celui qu’on surnomme « l’apôtre des Hautes-Alpes » meurt épuisé à 32 ans.
L’eau de la grâce divine, la vie éternelle promise par Jésus à celui qui croit en lui, a arrosé sa vie. Elle veut de même arroser chacune des nôtres.

Bernard Grebille

1 Jean 6.47

__________________
Lecture proposée : Lettre à Tite, chapitre 2, versets 11 à 14.

 

Categories: Engagement, Personnages Tags:

Le bon berger donne sa vie…

31/01/2017
Commenter

Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.
Jean 10.11

animals-1868565_640Les attaques de loups décimant les troupeaux de brebis se sont multipliées ces dernières années. Elles illustrent la reconquête des territoires jadis perdus par ce prédateur emblématique. On peut comprendre le désarroi et la peine des éleveurs qui sont viscéralement attachés à leurs bêtes. Ils les soignent tout au long de l’année, les veillent des nuits entières en période d’agnelage…
Le loup était déjà craint des bergers de Palestine aux temps bibliques. Jésus emploie donc une image familière de ses contemporains quand il se présente comme le bon berger.
Le bon berger ne se sauve pas devant le loup comme des salariés qui abandonneraient les brebis plutôt que de risquer leur vie. Jésus se présente comme un berger prêt à donner sa vie pour défendre ses brebis, car, au contraire du salarié, lui il se soucie réellement de leur sort. De façon claire, il fait allusion à sa mort sur la croix : il a donné sa vie pour nous arracher des crocs du loup, Satan, qui veut nous garder sous l’emprise du péché et de la mort. Dans cette parabole Jésus décrit les liens étroits qui l’unissent à ses brebis. Ses brebis, ce sont tous ceux qui répondent à son appel, car ils reconnaissent sa voix et décident de le suivre. Il souligne fortement la relation d’amour qu’il entretient avec elles : il connaît chacune d’entre elles et veut leur donner sa vie, une vie surabondante.
Avez-vous entendu et répondu à son appel ?

Bernard Grebille

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 10, versets 1 à 17.

 

Categories: Amour de Dieu, Engagement Tags:

Viens avant l’hiver !

29/11/2016
Commenter

Tâche de venir avant l’hiver.
2 Timothée 4.21

winter-1528456_640L’hiver, le voyage en mer était impossible, et l’apôtre Paul sent venir sa fin. Il y a donc urgence. Pour nous, tout autant. Le monde se gâte et Jésus revient bientôt. Il est donc urgent de s’investir pour lui. Urgent, parce que le jour vient où plus rien ne pourra être fait. Viens avant l’hiver !
Que remettez-vous au lendemain ? Venir à Christ ? Vous engager à sa suite ? Lire votre Bible sérieusement ? Obéir à Dieu ? Le servir à temps plein ? Demain, vous ne le voudrez peut-être plus. Voyez, Démas1 aussi a abandonné. “Demain” était devenu trop difficile. Demain ne vous appartient pas. Demain, il sera peut-être trop tard. Venez avant l’hiver !
Que faut-il pour tenir en hiver ? Que devait prendre Timothée ? Qu’est-ce qui était essentiel ? Le manteau contre le froid. Les livres et les parchemins – une partie de la Bible ? Ne vous encombrez pas, mais apprenez ce qui est essentiel. Ne pensez pas que tout ira mieux. C’est plutôt le contraire. L’opposition est rude, alors, ne soyez pas naïf. Concentrez-vous sur l’essentiel.2 Venez avant l’hiver !
Et si tous nous abandonnent ? Dieu, lui, viendra toujours “avant l’hiver”. Il nous a promis son royaume et, quoi qu’il arrive, il tiendra sa promesse. Il vous appelle à investir votre vie pour son Fils. Venez avant l’hiver !

Egbert Egberts

1 Ancien collaborateur de Paul (Philémon 1.24)           2 Cf. Philippiens 4.5-8

__________________
Lecture proposée : 2ème lettre à Timothée, chapitre 4, versets 9 à 22.

 

Categories: Avenir, Engagement Tags: