Archive

Archives pour la catégorie ‘Émotions’

Vue dégagée

25/02/2017
Commenter

Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu ; ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l’empêchent de vous écouter.
Ésaïe 59.2

sunbeam-1989707_640Il y a une balade sur des crêtes à dix minutes de la maison que j’affectionne particulièrement. Cela peut paraître étonnant, mais, depuis tant d’années, je ne m’en lasse pas. J’en conclus que la vue dégagée provoque en moi de la satisfaction. C’est vrai qu’un panorama généreux contraste avec la vie citadine qui nous enserre, nous contraint, nous cerne de verticalités, de limitations, d’ombres. Je préfère respirer un environnement fait d’horizon, d’espace, de clarté…
Quand j’évoque une séparation, j’imagine un mur ou une ombre qui s’intercale entre la lumière et moi. Un obstacle qui me cache la vue. Cela me fait penser à ma relation avec Dieu. Le prophète Ésaïe me rappelle que le péché non avoué me gâche la vie comme un mur me gâche la vue ! Je suis pleinement heureux lorsque rien ne me sépare de Dieu. « Rien entre mon âme et mon Sauveur », dit le gospel1 qu’interprète si bien Neville Peter au piano. C’est une invitation à confesser à Christ tout ce qui lui déplaît dans nos vies. Obtenir son pardon, c’est retrouver la paix. « Le pardon, quel repos ! », écrivait Victor Hugo dans « L’Art d’être grand-père ».
Je vous souhaite un chemin dégagé entre Jésus-Christ et votre âme. Que rien ne vous cache sa face… ni lui porte ombrage.

Dominique Moreau

1 Nothing Between, Charles AlbertTindley

__________________
Lecture proposée : Psaume 84.

 

Categories: Émotions, Nous et Dieu Tags:

Émerveillement

06/08/2015
Commenter

Ils lui dirent : Entends-tu ce qu’ils disent ? Oui, leur répondit Jésus. N’avez-vous jamais lu ces paroles : Tu as tiré des louanges de la bouche des enfants et de ceux qui sont à la mamelle ?
Matthieu 21.16

moon-229889_640Cet été, nous gardions notre petit-fils de 3 ans à 180 km de son foyer parental. Comme pour nombre de grands-parents, un temps d’adaptation s’est avéré nécessaire autant pour nous, les aînés, que pour lui, le bambin. Passé ce temps, nous nous sommes réjouis des découvertes du petit hôte et de son naturel. Un petit rien savait le distraire et l’étonner, l’effrayer ou l’inquiéter, l’ennuyer ou l’émerveiller !
Les balades du soir l’animaient particulièrement. Pour moi, l’adulte, quoi de plus banal qu’un ciel s’assombrissant où s’allument une à une les étoiles ! Pour lui, toute son énergie et son enthousiasme se focalisaient sur la lune : « Papy, papy, la lune ». Cette curieuse forme lumineuse comme suspendue dans le ciel nocturne, se cachant ici derrière les arbres, là au ras des maisons ! Un régal pour ses yeux… Et je devais impérativement acquiescer et me joindre à son ébahissement !
Dans mes pensées, je louai Dieu, le Créateur MERVEILLEUX, l’horloger grandiose, déroulant quotidiennement le spectacle du crépuscule. Ces fins de journée racontaient la gloire de Dieu.
Quelle grande leçon à qui sait la percevoir ou la redécouvrir… avec la simplicité d’un enfant !

Bernard Fourmont

__________________
Lecture proposée : Psaume 8.

Categories: Créateur et création, Émotions Tags:

Foule éclair

09/06/2015
Commenter

Quand les pensées s’agitent en foule en moi, tes consolations réjouissent mon âme.
Psaume 94.19

2014_06_09_Foule éclairUne “flash mob” est le rassemblement d’une “foule éclair” dans un lieu public, généralement pour y effectuer une chorégraphie convenue par Internet. Après quoi, en un “flash”, la “mob” se disperse.
Qui n’a jamais eu dans sa tête une foule éclair de pensées ? C’est la nuit que ça se passe. Une pensée se pointe, hésitante, bientôt suivie d’autres qui viennent en famille, puis de tout un groupe envahissant. En un instant, mon cœur est une place bondée où se presse toute une foule que je n’avais pas invitée ! Parmi elles, de vieilles connaissances :
Souci, avec son frère jumeau Ennui, Dame Jalousie, qui se chamaille avec sa cousine Amertume. Impure est là aussi, qui me tend les bras… Ça suffit !
Quand les pensées s’agitent en foule dans ma petite tête, j’ai l’impression qu’elle va éclater ! Alors, je prie. Et Jésus dit STOP à la houle de la foule ! La place se vide en un clin d’œil. Je peux me rendormir en paix.
Connaissez-vous la paix de celui qui a confié sa vie et ses pensées à Jésus-Christ ?

Francis Schneider

_________________
Lecture proposée : Psaume 94.

Categories: Émotions, Expérience Tags:

Émotions d’un instant ?…

17/04/2014
Commenter

Repentez-vous et croyez à la bonne nouvelle.
Marc 1.15

Certaines personnes, qui observaient Jésus portant sa croix en route vers Golgotha, se frappaient la poitrine et versaient des larmes de sympathie. Jésus leur adresse une parole en guise de remerciement. Comme d’habitude, ce qu’il dit est inattendu. Il dirige leur pensée dans une tout autre direction. Leur pitié plus ou moins naturelle jusqu’où va-t-elle ? Ces larmes versées alors que Jésus sortait de Jérusalem ont-elles plus de valeur que les « hosannas » de la foule lors de son entrée à Jérusalem ? Ce ne sont sans doute guère plus que des émotions superficielles. Elles ne touchent pas le fond de la personne et, par conséquent, ne changent rien d’essentiel.
Jésus répond : Ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous et sur vos enfants. Il annonce des jours de détresse, et même de terreur. Et sa parole s’est accomplie quelques années plus tard lors de la destruction de Jérusalem en l’an 70, destruction dont l’historien Josèphe a fourni une description terrible.
La crucifixion du Christ ne doit pas nous inspirer une vague sentimentalité, mais nous pousser à la repentance. Réalisons-nous quel châtiment est tombé sur Jésus le juste, à cause de nos péchés ?

Richard Wolff

_________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 23, versets 27 à 31.

Categories: Émotions, Jésus Tags:

Un milliard d’hommes et moi…

09/04/2013
Commenter

Car j’ai souffert de la faim, et vous m’avez donné à manger. J’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire.
Matthieu 25.35

Le saviez-vous ? Un être humain sur six ne mange pas à sa faim ou ne mange pas du tout sur notre terre… Un milliard de personnes affamées dans le monde ! Nous vivons dans nos pays riches comme à l’intérieur d’une bulle protectrice qui nous coupe de la réalité extérieure, habitués que nous sommes à arpenter les allées de nos hypermarchés et à y trouver tout ce dont nous avons besoin. Près d’un français sur deux ignore l’aggravation de la faim dans le monde…
Inconscience, indifférence, égoïsme ou sentiment d’impuissance face à une fatalité qui nous dépasse ? On peut s’interroger sur nos préoccupations individualistes, la recherche de notre bien-être personnel, et notre difficulté à manifester concrètement notre solidarité envers les plus démunis que ce soit au niveau personnel comme au niveau des nations.
Jésus nous invite à la compassion et à l’action. Chacun peut intervenir dans la mesure de ses moyens. Que nous ne soyons pas de ceux à qui il dira, au dernier jour : Car j’ai souffert de la faim, et vous ne m’avez rien donné à manger. J’ai eu soif, et vous ne m’avez rien donné à boire… Alors, ils lui demanderont à leur tour : « Mais, Seigneur, quand t’avons-nous vu souffrant de la faim ou de la soif ? » Alors il leur répondra : « Vraiment, je vous l’assure : chaque fois que vous n’avez pas fait cela au moindre de ceux que voici, c’est à moi que vous avez manqué de le faire. »1

Bernard Grebille

1 Matthieu 25.35,42,44-45

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 25, versets 31 à 46.

Categories: Émotions, L'homme Tags: