Archive

Archives pour la catégorie ‘Dieu et nous’

À notre hauteur

04/08/2017
Commenter

Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.
Jean 1.14

Pour adopter les bons réflexes de prévention des accidents domestiques des enfants, on conseille aux parents d’effectuer un travail d’imagination et de réflexion. Ils doivent visualiser les dangers potentiels dans toute la maison en se mettant à la place et à la hauteur de l’enfant.
On voit qu’il ne faut pas laisser de plat chaud sur le rebord de la table et qu’il faut aussi tourner les queues de casserole vers l’intérieur de la plaque de cuisson. On saisit combien les coins de table ou celle d’une fenêtre ouverte sont potentiellement dangereux… Bref, pour mieux prévenir, mieux comprendre l’enfant, il faut vivre ses conditions de vie…
Cela me rappelle l’intervention de Dieu pour nous parler, nous aider, nous prévenir du danger. La nuit de Noël, Dieu est venu en Jésus nous rejoindre. Il s’est abaissé à notre niveau en devenant semblable à nous. Il a vécu nos conditions de vie pour nous atteindre et nous parler. Et plus encore, il s’est humilié en subissant la mort sur la croix pour nous délivrer des conséquences de nos fautes. Sa venue parmi nous montre combien Dieu nous aime et a tout mis en œuvre pour nous arracher au mal et à ses conséquences.

Dominique Moreau

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 2, versets 6 à 20.

 

Categories: Dieu et nous, Libérateur Tags:

Être à ses pieds

18/07/2017
Commenter

Qu’ils sont beaux, sur les montagnes, les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie la paix, de celui qui apporte de très bonnes nouvelles, qui annonce le salut !
Ésaïe 52.6-7

Jésus a parcouru une terre enténébrée et il est allé à la rencontre des pauvres, des malades, des rejetés de tout ordre. Ses pieds de « Prince de la paix » le conduisaient de lieu en lieu pour annoncer la bonne nouvelle, guérir les cœurs et les corps, proclamer aux captifs du péché la délivrance : c’est cela qui est beau !
Le Fils de Dieu ne s’est pas lassé de manifester l’amour et les compassions de Dieu. Comme il l’avait fait à une femme pécheresse qui avait mouillé les pieds du Christ de ses larmes de repentance, puis y avait versé le parfum qu’elle avait apporté1
Mais ces pieds ont dû gravir le mont Golgotha pour que le Christ y soit livré à la méchanceté humaine. Ils ont été percés de clous pour nous. En bloquant ces pieds sur la croix, les hommes prétendaient lui interdire de continuer à apporter au monde la délivrance !
Mais depuis, d’une manière figurée, c’est aux pieds de Jésus-Christ que vient le pécheur repentant. C’est là que le racheté se tient pour le prier et pour écouter sa Parole.
Et ce ministère du Seigneur d’accueillir quiconque vient à lui continue. Il nous invite aujourd’hui encore à venir à ses pieds !

Francis Rivère

1 Voir la lecture proposée

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Joël, chapitre 2, versets 12 à 14.

 

Categories: Adoration, Dieu et nous Tags:

Fête des Pères

18/06/2017
Commenter

Le père d’un juste est au comble de la joie, celui qui a donné la vie à un fils sage est heureux.
Proverbes23.24

En France, la fête des Pères a été officiellement fixée par un décret de 1952. Mais l’idée en avait été lancée en 1950 par un fabricant pour des raisons commerciales. Depuis, bien d’autres en profitent pour que leurs produits deviennent nos cadeaux à cette occasion !
Pourtant, hier comme aujourd’hui, que faudrait-il de plus à un père pour être profondément comblé, sinon que de voir son enfant vivre dans l’intégrité et agir avec sagesse ? Et quand le père n’est plus, n’est-ce pas encore la meilleure façon de l’honorer ?
Honorons nos pères !
Mais je vous invite à faire de ce jour bien plus. Qu’il devienne un moment particulier pour apporter votre hommage à notre Créateur ! Et vous laisser réconcilier avec lui, si ce n’est pas le cas ! Il est le meilleur des pères !
Rappelons-nous que Dieu se réjouit – bien plus encore que nos parents – quand nous recherchons la justice pour nous détourner du péché : Il y a de la joie parmi les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent.1
Et quand nous le faisons, il nous accueille alors mieux qu’un père accueille son enfant.

Albert Lentz

1 Luc 15.10

__________________
Lecture proposée : Psaume 103, versets 8 à 22.

 

Categories: Dieu et nous, Fêtes Tags:

Respecté, mais non envié

14/06/2017
Commenter

Mon bonheur à moi, c’est d’être toujours près de Dieu. Oui, j’ai placé dans le Seigneur, dans l’Éternel, mon sûr refuge.
Psaume 73.28

J’avoue éprouver une certaine admiration pour les athées, les vrais. Pas ceux qui le sont uniquement par beau temps, ni ceux qui le sont pour défier la divinité. Les vrais, lorsque tout va bien, à qui témoigneraient-ils de la reconnaissance puisque seul le hasard est pour eux à l’origine de ce qui leur arrive ? Et lorsque la tempête survient dans leur vie, ils n’ont personne à qui s’en prendre et encore moins à implorer, car, selon leur croyance, il n’y a personne aux commandes.
Si je les admire quelque peu, je ne les envie nullement. Car pour le croyant que je suis, quel réconfort de savoir que je ne suis pas là par hasard, mais que quelqu’un, le Dieu de l’univers, tient à moi au point d’avoir envoyé son propre Fils pour me sauver. Quelqu’un qui, dès à présent, veille sur moi et fait concourir toutes choses à mon bien. Il est aussi celui qui me prépare un avenir exceptionnel lorsque mon temps ici-bas arrivera à son terme.
Ce Dieu invisible mais proche m’aide aussi à ne pas me focaliser sur ma propre personne. Il m’invite à voir dans l’autre, non pas un quelconque compagnon de route – ou, pire, un éventuel concurrent –, mais quelqu’un que je peux servir. Entre autres, pour que lui aussi prenne conscience qu’il est aimé par son créateur, que Dieu veille sur tous les détails de sa vie et que le cercueil n’est pas la fin de son existence.

Claude Siefert

__________________
Lecture proposée : Psaume 111.

 

 

Categories: Athéisme, Dieu et nous Tags:

Simple politesse

23/05/2017
Commenter

Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt.
Jean 13.7

wash-717812_640Au premier siècle, la coutume voulait que lorsqu’un invité arrivait dans une maison, le maître des lieux, à cause de la poussière du chemin lui lave les pieds ou les lui fasse laver par un serviteur.
Au cours du dernier repas que Jésus prend avec ses disciples avant son arrestation, il se ceint d’un linge pour leur laver les pieds.
Le geste de Jésus ne semble apparemment pas poser de questions à l’ensemble des disciples. Mais Simon Pierre, intrigué par l’attitude de Jésus qui bouleverse les habitudes, proteste : « Non ! Tu ne me laveras pas les pieds ! » Nous constatons ici encore la spontanéité de ce disciple. Il ne comprend pas et il le fait savoir. Jésus lui dit : « Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt. » Par ce geste, Jésus désire mettre le comble à son amour pour lui et le déclarer pur.
Aujourd’hui, comprenez-vous toutes les actions de Jésus en votre faveur ? Sachez que Dieu agit toujours par amour pour nous et qu’un jour nous comprendrons pleinement le pourquoi des choses. Voici, je suis l’Éternel, le Dieu de toute chair. Y a-t-il rien qui soit étonnant de ma part ?1
Le plus étonnant, c’est que Jésus ait accepté de pardonner nos péchés en mourant crucifié sur le mont Golgotha, nous ouvrant ainsi, la porte de la vie éternelle.

Jack Mouyon

1 Jérémie 32.27

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 7, versets 36 à 50.

 

Categories: Dieu et nous Tags: