Archive

Archives pour la catégorie ‘Commandements’

Honnêteté

13/03/2016
Commenter

Que tout ce qui est honorable, juste tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux, soit l’objet de vos pensées.
Philippiens 4.8

3303871362_9f82d1779d_mTricher ou s’approprier ce qui ne nous appartient pas n’est pas honnête, c’est manquer de probité.
Pour tester la probité des gens, les organisateurs d’une association ont volontairement “perdu” en divers lieux de grandes villes du monde des porte-monnaie contenant l’équivalent de 50 dollars en monnaie locale, ainsi que les coordonnées du propriétaire. La palme de la probité est revenue à une ville de 200 000 habitants au Danemark, où toutes les bourses ont été restituées intactes.
Pourquoi est-on tenté de s’approprier ce qui ne nous appartient pas ? À la rigueur on peut comprendre que celui qui vit dans le dénuement soit tenté par ce qu’il voit. Mais il y a en chacun de nous un grand désir de nous approprier ce que l’autre possède. Cela fait partie de notre nature. Le fait que Dieu ait cru bon de mentionner l’interdiction du vol dans les Dix Commandements1 prouve que toute l’humanité est concernée.
Comment être libéré de la convoitise du bien d’autrui ? Les bonnes résolutions ne suffisent pas. Seul l’Esprit de Dieu peut le faire. Mais au préalable, nous devons reconnaître que nous sommes pécheurs. La Parole de Dieu affirme que si nous confessons nos péchés, Dieu est fidèle et juste pour nous pardonner et nous purifier de toute injustice.2
Nous sommes alors libérés du poids de nos fautes.

Charles Rick

1 Exode 20.15           2 1 Jean 1.9

__________________
Lecture proposée : Lettre de Jacques, chapitre 4, versets 1 à 10.

Photo Credit: Stijn Hosdez via Compfight cc

Categories: Commandements, Péché Tags:

Un peuple sage et avisé

07/12/2015
Commenter

Obéissez-y et appliquez-les. […] Les peuples s’écrieront : « Il n’y a qu’un peuple sage et avisé, c’est cette grande nation ! »
Deutéronome 4.6

the-bible-934634_640Moïse proclame que son peuple peut avoir la réputation d’être un peuple sage et avisé parmi les autres nations. Ce n’est pas ce qu’il disait pendant les quarante ans où il les conduisait à travers le désert du Sinaï ! Mais il a l’espoir que les choses peuvent changer. Pourquoi ?
Non que ses compatriotes seraient plus sages, plus avisés que tous les autres, mais parce que leur Dieu est unique et donc incomparable.
Aucune autre nation, quels que soient l’effectif de sa population et le nombre de ses dieux, n’a un dieu aussi proche de ses adorateurs qu’Israël. Car Dieu répond à la prière chaque fois qu’on l’invoque.
Et aucune autre nation n’a reçu de ses dieux des commandements et des lois aussi justes que ceux donnés par Dieu à Moïse. Des instructions qui rendent sages et intelligents ceux qui les appliquent avec fidélité dans leur vie quotidienne.
Voilà la “recette”, elle n’a pas changé. Malheureusement, le cœur humain n’a pas changé non plus !
Il a fallu que Dieu intervienne encore, et il l’a fait ! Jésus-Christ est venu, et il est le seul qui ait appliqué tous les commandements sans aucun coup de canif dans le contrat. Lui seul peut donc, par son Esprit répandu dans la vie du croyant, le rendre apte à obéir à Dieu. Que faire donc, sinon de nous confier en Lui ! Voilà une démarche sage et avisée.

Bernard Smagghe

__________________
Lecture proposée : Livre du Deutéronome, chapitre 4, versets 5 à 8.

 

Categories: Commandements, Justice Tags:

Jour de repos

04/11/2015
Commenter

Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier.
Exode 20.8

town-hall-of-heilbronn-974271_640Sous la Révolution, la Convention a adopté en 1793 le calendrier républicain qui remplaçait les semaines par des périodes de dix jours, les décades. Le but était de détruire tous les repères de l’Ancien Régime, y compris ceux de nature religieuse. Le député Lanjuinais s’est élevé contre cette décision : « Le décadi ne s’accorde point avec la nature. Il n’y a ni hommes, ni animaux qui supportent neuf jours de travail consécutif. […] Je vote donc pour que le calendrier des assassins de la France ne soit pas constitutionnellement le calendrier du peuple français. » Ce calendrier sera aboli en 1806, après une expérience malheureuse qui aura duré 13 ans.
Quand Dieu a institué le jour de repos au septième jour, il l’a fait dans sa sagesse pour notre bien. Certes déjà parce que notre corps et notre esprit ont besoin d’une coupure dans leur activité pour que l’épuisement ne nous gagne pas. Mais aussi parce que nous avons besoin de ne pas être pris au piège d’un activisme effréné qui nous fait oublier l’essentiel.
Ce jour, Dieu nous demande de le “sanctifier”, c’est-à-dire de le mettre à part pour Lui. Sinon, nous risquons d’oublier Dieu, d’oublier que nous dépendons de Lui et de manquer un temps où il désire nous parler. Car l’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu1.
Ne manquons donc pas ce temps de qualité que Dieu nous offre pour notre bien !

Francis Praline

1 Matthieu 4.4

__________________
Lecture proposée : Livre du Deutéronome, chapitre 5, versets 12 à 15.

 

Categories: Commandements, Repos Tags:

Vitesse limitée

29/10/2015
Commenter

Prenez garde, toutefois, que votre liberté ne devienne une pierre d’achoppement pour les faibles.
1 Corinthiens 8.9

2968800960_1ec1682cca_mQue de limitations de vitesse ! Il y a peu de gens heureux de devoir s’y conformer : – 50, c’est trop lent on a l’impression de rouler comme des escargots. – À 90 sur une quatre voies : on pourrait rouler plus vite ! – 130 : ça sert à quoi de faire des voitures qui roulent à 180 ?
Certains aiment même penser qu’il est obligatoire de rouler à 50 ou 90 ou 110 dès que c’est autorisé. Sinon les remarques fusent : – Mais qu’est-ce qu’il fait celui-là à 70 ? ou – On a le droit de rouler à 90, non ? Et je ne peux même pas le doubler !
Pourtant, si nous ne devons pas dépasser la limite indiquée, il est néanmoins permis de rouler moins vite, même si ça agace ceux qui aiment la vitesse.
Pourquoi ces limitations et… les radars ! Avec toutes ses règles, la société essaie de NOUS protéger, pour notre bien et celui d’autrui. En effet, « ma liberté s’arrête là où commence celle des autres », c’est bien connu. Un principe à appliquer sur la route comme dans la vie de tous les jours pour éviter bien des difficultés.
Pourquoi la Bible nous fixe-t-elle également des limites à ne pas dépasser ? Dieu veut, lui aussi, notre bien, notre épanouissement, et celui d’autrui :
On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien ; et ce que l’Éternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu.1

Danièle Delépine

1 Michée 6.8

__________________
Lecture proposée : Livre du Deutéronome, chapitre 20, versets 12 à 17.

Photo Credit: mag3737 via Compfight cc

Categories: Commandements, Société Tags:

Les solutions de Dieu

15/08/2015
Commenter

Joseph, descendant de David, n’aie pas peur de prendre Marie pour femme.
Matthieu 1.20

nativity-30571_640Le mariage approche, mais Joseph est dans une situation bien compliquée : sa fiancée Marie est enceinte… Que faire ? Homme juste et bon, il ne veut pas d’un divorce public. Marie se retrouverait seule, avec un enfant en bas âge et une réputation d’adultère. Un divorce privé en présence de deux témoins lui semble préférable. Penser au bien de la personne qui nous a blessé, quel bel exemple de sagesse !
Mais les solutions de Dieu ne sont pas les nôtres, et sont bien meilleures. Dieu dit à Joseph d’épouser quand même Marie, puisque l’enfant qu’elle porte vient du Saint-Esprit. Par ce mariage anticipé, Dieu demande à Joseph de reconnaître aux yeux du monde la paternité de cet enfant à venir ! Joseph abandonne donc sa propre solution, qui lui avait pourtant semblé si sage, et obéit à Dieu.
Cette troisième solution, si peu évidente pour lui, était effectivement la meilleure. Dieu seul savait pleinement qui sera et ce que fera cet enfant, Jésus, lui qui sauvera son peuple de ses péchés.
Pour notre vie aussi, Dieu est toujours celui qui a la vision globale et le contrôle de toutes choses.
Il est donc le seul à même de connaître la meilleure solution à nos petits et grands problèmes. Vous pouvez lui faire confiance !

Paul L.

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 1, versets 18 à 25.

Categories: Commandements, Obéissance Tags: