Archive

Archives pour la catégorie ‘Bien et mal’

Le pouvoir de la langue

02/06/2017
Commenter

La mort et la vie sont au pouvoir de la langue ; quiconque l’aime en mangera les fruits.
Proverbes 18.21

Il y a un point commun remarquable entre Hitler et Jésus : c’est le pouvoir qu’ont eu leurs paroles sur les foules. Alors que la parole de Jésus a procuré la vie (et continue de le faire) à des multitudes, celle d’Hitler a entraîné la mort de millions d’innocents.
Rien dans ce monde n’est plus puissant pour faire le bien ou le mal que la parole. La bombe atomique ou les armes chimiques n’ont pas fait dans l’histoire plus de victimes qu’elle. A contrario, aucune autre force n’a démontré une capacité de relèvement, de restauration ou de résurrection aussi efficace qu’elle.
Le premier affecté par les paroles qui s’échappent des lèvres n’est pas celui qui entend, mais celui qui parle. Nul n’échappera aux méfaits ou aux bienfaits que sa parole occasionnera aux autres !

Gilles Georgel

__________________
Lecture proposée : Lettre de Jacques, chapitre 3, versets 3 à 9.

 

Categories: Bien et mal, Paroles Tags:

Recyclage messianique

17/02/2017
Commenter

De leurs épées ils forgeront des socs de charrue, et de leurs lances, des serpes.
Ésaïe 2.4

flower-1183530_640Yaron Bod, un artiste israélien qui faillit être tué par un missile, eut l’idée de transformer ce métal destiné à détruire, en une œuvre d’art. Une belle rose, suivie d’autres !
S’agit-il d’une anticipation prophétique d’évènements extraordinaires à venir ?
Seul Dieu est réellement capable de transformer le mal en bien, la malédiction en bénédiction, la mort en source de vie ! Joseph, le fils de Jacob, vendu par ses frères comme esclave en Égypte, put leur dire : « Le mal que vous comptiez me faire, Dieu l’a changé en bien, afin de sauver la vie à un peuple nombreux… »1
C’était déjà une parabole du Messie – Jésus – qui est venu plus tard. Innocent, il fut cloué comme le pire criminel sur une croix, exposé à la malédiction de Dieu et des hommes. Mais il est ressuscité trois jours plus tard. Par sa victoire sur la mort, il a apporté le pardon divin et la libération à tous ceux qui, se repentant de leurs péchés, croiraient en lui.
N’est-ce pas une merveilleuse nouvelle ? Le miracle des miracles ?
Mettez votre confiance en lui ! Vous vivrez dans l’espérance d’un monde nouveau où l’on n’apprendra plus la guerre !
C’est le royaume de Dieu promis par les prophètes : de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habitera.2

Reynald Kuffer

1 Genèse 50.20           2 2 Pierre 3.13

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Ésaïe, chapitre 11, versets 1 à 9.

 

Categories: Bien et mal Tags:

Le problème du mal

03/08/2016
Commenter

La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas accueillie. […] Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le privilège de devenir enfants de Dieu.
Jean 1.5 et 12

candle-794312_640Un professeur se serait ainsi moqué de la foi du jeune Albert Einstein : « Si ton Dieu a tout créé, il a aussi créé le mal ! » Et le futur savant aurait répondu : « Non, Monsieur le professeur ! Le mal n’existe pas en lui-même. Il est absence de bien ! »
C’est vrai, la méchanceté n’est-elle pas l’absence de bonté, le mensonge, l’absence de vérité, la laideur, l’absence de beauté ? Bien sûr !
Mais dans notre verset d’en-tête, les ténèbres sont plus qu’absence de lumière, elles la repoussent avec haine. Bien plus qu’une simple absence d’amour, la haine se manifeste par une volonté maléfique de destruction. Ainsi, le mal semble être aussi une corruption du bien. De plus, la Bible montre qu’il existe un être mauvais qui est réellement à l’origine du mal sur cette terre. C’est l’ennemi de Dieu, le diable. C’est lui qui incite les hommes à se révolter contre Dieu et à repousser le Christ, la lumière venue vaincre leurs ténèbres.
Pourquoi le Tout-Puissant a-t-il accepté que sa création soit polluée par le mal ? Serait-ce pour que l’homme soit libre de choisir ? Toujours est-il que Jésus a vaincu le diable. Quel bonheur !
Alors, venons à lui pour passer du règne du mal à celui de la grâce !

Claude Schneider

__________________
Lecture proposée : Livre de l’Apocalypse, chapitre 12, versets 7 à 11.

 

Categories: Bien et mal, Lumière Tags:

De bas en haut

29/04/2016
Commenter

Attachez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre.
Colossiens 3.2

jesus-410220_640« Le mal n’est pas l’œuvre de Dieu, ce sont les hommes qui l’ont produit. Notre libre choix nous a perdus, et nous sommes devenus esclaves de nos mauvais penchants », disait déjà Tatien le Syrien1. Et Clément d’Alexandrie2 : « Théoriquement, nous pouvons choisir de renoncer au mal. Mais nous sommes sans force, usés par la rouille de l’insensibilité, englués dans notre péché, séparés de la faveur de Dieu, livrés à nous-mêmes et condamnés. Heureusement, par son sacrifice et sa résurrection, Jésus-Christ “a relevé vers le ciel le front des hommes tristement courbé vers la terre”. » Par son Évangile, le Christ nous presse, nous avertit de nos écarts. Il nous propose de recevoir son pardon et d’unir notre vie à l’éternité céleste.
Cyprien de Carthage3 proposait : « Pour éviter de tomber plus bas, portez plus haut vos pensées et vos affections ! » Vous aussi, pour votre vie, vous êtes invités à suivre la voie du Christ. Fuyez l’esprit des bas-fonds qui agite les hommes endurcis, mais fuyez vers le haut, entre les bras du Sauveur ! « Connaissez la tendresse de son amour ; venez donc à ce Dieu, prenez part à ses faveurs, emparez-vous de sa grâce », conseillait encore Clément.
En inclinant votre cœur repentant vers le Fils de Dieu, vos fardeaux se détachent et vous êtes conduits de bas en haut !

Dominique Moreau

1 env. 110-165           2 env. 150-220           3 env. 200-258

__________________
Lecture proposée : Lettre aux Colossiens, chapitre 3, versets 1 à 15.

 

Categories: Bien et mal, Vie nouvelle Tags:

Une meilleure réaction

09/03/2016
Commenter

Ce n’est pas par la colère qu’un homme accomplit ce qui est juste aux yeux de Dieu.
Jacques 1.20

farm-fresh-623251_640Au marché de Strasbourg, une pauvre paysanne se tenait derrière son panier d’œufs quand deux gamins bousculèrent le panier, en répandirent le contenu par terre et s’enfuirent en riant. Un autre garçon assistait à la scène. Il serra les poings et se mit à poursuivre les deux mécréants, puis, soudain, s’arrêta et courut à la maison.
Pendant que la femme était encore en train de pleurer la perte de son bien, elle sentit tout à coup une petite main répandre dans son tablier le contenu d’une tirelire. C’était la même main qui, tout à l’heure, avait fait le poing. Avant que la paysanne ait pu le remercier d’avoir donné ses derniers sous, le garçon était déjà loin.
Son nom n’aurait rien dit à ses contemporains. De nos jours, il est mondialement connu : c’était le petit Jean-Frédéric Oberlin. Il sera plus tard pasteur dans la vallée de la Bruche et un des pionniers de l’action sociale évangélique. Aujourd’hui, une ville et une université en Amérique, ainsi qu’une université au Japon portent son nom.

Alfred Kuen

__________________
Lecture proposée : Lettre de Jacques, chapitre 1, versets 19 à 27.

 

Categories: Bien et mal, Relations Tags: