Archive

Archives pour la catégorie ‘Besoins’

Étancher la soif

21/06/2017
Commenter

Ceux qui chantent et ceux qui dansent s’écrient : « Toutes mes sources sont en toi. »
Psaume 87.7

« À boire, à boire !… Je meurs de soif ! » Qui ne s’est jamais exprimé ainsi ? Qui ne s’est jamais senti pressé par la soif ? Le besoin d’eau est fondamental. En général, nous pouvons rapidement le satisfaire. Cependant, nous ne pouvons oublier tous ceux qui dans le monde meurent de soif. L’eau c’est la vie !
Jésus-Christ a parlé d’une autre eau, une eau spirituelle. À cette femme de Samarie dont l’Évangile nous raconte l’histoire1 et qui venait puiser son eau au puits, il dira : « Celui qui boit de cette eau aura encore soif. Mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. »
L’eau que Jésus nous offre a de quoi satisfaire les besoins de l’âme, les besoins spirituels du cœur. Le livre des Psaumes parle de l’âme qui peut être troublée, abattue, languissante, souffrante, triste, dans le chagrin. Nous avons expérimenté ces états d’âme. Dans un psaume célèbre2, le roi David déclare que Dieu, le Bon Berger, renouvelle son âme. L’enseignement de Jésus, le fils de Dieu, apporte la vie et renouvelle nos forces ! Comment ? En le recevant au fond de nous, il nous donne le repos du cœur. On comprend ceux qui chantent, dansent et s’écrient : « Toutes mes sources sont en toi. »

Francis Bailet

1 Jean 4.5-27           2 Voir la lecture proposée

__________________
Lecture proposée : Psaume 23.

 

Categories: Besoins, Nous et Dieu Tags:

Compter pour quelqu’un

14/02/2017
Commenter

Je t’appelle par ton nom, tu es à moi.
Ésaïe 43.1

identity-795295_640Étonnamment, ceux qui s’intéressent le plus aux généalogies sont ceux qui ont été adoptés, donc, plus crûment, ceux qui en sont privés.
Preuve que nous avons besoin de nous reconnaître des racines. Rien ne semble pire qu’ignorer qui l’on est. Or, la mécanisation, l’administration, l’urbanisation, la syndicalisation sont facteurs de dépersonnalisation. Il arrive que l’on se sente au plus un numéro, une abstraction. D’où un sentiment d’insignifiance, d’inutilité, de solitude.
On en vient à croire que l’on n’est plus rien, pour personne.
Certains sont allés jusqu’à commettre des délits pour voir leur nom dans le journal !
D’autres, pour devenir célèbres, sont prêts à le payer des pires sacrifices.
Quelquefois, on se marie afin de compter enfin pour quelqu’un. Seulement, le sens du mariage est parfois si déformé qu’il aggrave le sentiment de solitude.
Mais l’Évangile va à contre-courant. Il restaure la personne humaine, lui rend son intégrité, son unicité, sa dignité. Car il représente la relation unique du Créateur avec chacune de ses créatures. C’est par notre nom que Dieu nous appelle comme il appela jadis Adam, Abraham, Israël… Qui que je sois, il me connaît par mon nom ; si je n’en avais pas parmi les humains, il me ferait découvrir que j’en ai un pour lui, depuis toujours. Je suis quelqu’un pour lui. Merveilleuse certitude !

Richard Doulière

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 10, versets 1 à 6.

 

Categories: Besoins, Dieu et nous Tags:

Le clown triste

10/02/2017
Commenter

Au milieu même du rire le cœur peut être affligé, et la joie peut finir par la détresse.
Proverbes 14.13

clown-1945554_640Un jour, un malade vint sonner à la porte d’un médecin. Il ne souffrait, disait-il, d’aucun mal particulier, mais ressentait un malaise continuel, un trouble indéfinissable, une tristesse qu’il ne pouvait surmonter. En effet, après un examen minutieux, le médecin ne trouva aucun organe malade. Il finit par déclarer à son client :
– Ce qu’il vous faut, c’est de la distraction. Tenez, commencez ce soir. Il y a un cirque qui donne des représentations avec le clown X… Il est réputé pour faire rire tout le monde. Allez le voir !
Alors l’homme regarda tristement le médecin :
– Ce clown… c’est moi !
Les apparences sont trompeuses. Le visage que nous montrons en public ne reflète pas toujours la réalité que nous vivons à l’intérieur. Il y a un médecin chez qui nous pouvons à tout instant nous rendre pour la guérison de notre âme : c’est Dieu ! Devant lui, nul n’est besoin de cacher ou de simuler quoi que ce soit ! Avouons-lui notre mal-être ! Invitons-le à combler le vide qui est en nous. Jésus est venu pour ôter tout ce qui nous sépare de sa joie !

Gilles Georgel

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Ésaïe, chapitre 61, versets 1 à 3.

 

Categories: Besoins, Joie Tags:

Grand nettoyage

09/12/2016
Commenter

Je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un Esprit nouveau.
Ézéchiel 36.25-26

bin-148264_640Déménager est le moment idéal pour se débarrasser de toutes les choses inutiles que nous avons accumulées au cours des années, pensant que « ça pourra peut-être servir » ! À chaque déménagement, mon mari et moi remplissons les poubelles, et plusieurs voyages à la déchetterie sont nécessaires !
Le même « chantier » peut exister dans notre vie mentale et émotionnelle. Parfois, je dois me remettre en question et examiner si quelque chose encombre mon esprit : des pensées troublantes, des soucis qui pèsent, des mauvaises habitudes ou des distractions qui me font perdre du temps inutilement… Cela pourrait sérieusement me bloquer ou me déprimer dans mon quotidien.
Intérieurement, nous avons besoin d’un renouvellement profond pour nous débarrasser de ce qui éloigne de l’essentiel : la relation avec Dieu. C’est cela l’essentiel !
Venez à lui avec vos fardeaux, abandonnez entièrement ce qui est mauvais dans votre vie. Dieu seul opérera ce grand nettoyage, car Il change complètement le cœur de celui qui s’abandonne à Lui sans réserve. Il n’améliore pas notre cœur, il le remplace par un neuf comme le dit la lecture proposée !

Martine Fleck

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Ézéchiel, chapitre 36, versets 25 à 30.

 

Categories: Besoins, Péché Tags:

Ouvre-toi !

05/12/2016
Commenter

Alors Jésus leva les yeux au ciel, poussa un soupir et dit : Ephphatha (ce qui signifie : ouvre-toi).
Marc 7.34

woman-1447067_640Jésus se rend dans la Décapole, une fédération de dix petites villes au sud de la Galilée, à l’est du Jourdain et donc en terre païenne, aux yeux des Juifs. C’est dans cette terre étrangère qu’il guérit un sourd-muet : Aussitôt les oreilles de cet homme s’ouvrirent, sa langue se délia et il se mit à parler correctement.1 Alors que les Juifs restent sourds au message de l’Évangile, voilà un païen qui s’ouvre littéralement à la Parole de Dieu. Par cet exemple, l’évangéliste Marc montre que les incroyants ont parfois l’oreille plus sensible et le cœur plus disponible pour écouter ce que Dieu veut leur dire que ceux qui se réclament de lui.
Un sourd de naissance éprouve beaucoup de difficultés à parler. Quelle triste vie quand on est ainsi enfermé dans une prison invisible, sans possibilité de communiquer vraiment avec son entourage ! Par nature, le péché nous enferme dans une telle prison spirituelle et altère notre communication avec Dieu et les autres. Jésus vient à notre rencontre pour nous toucher par son amour et nous offrir son pardon. Si nous nous ouvrons à sa grâce, alors nos oreilles peuvent l’entendre, notre bouche peut le louer.
Plutôt que de vous replier sur vous-mêmes et vos infirmités, ouvrez-vous à la vie abondante que Dieu vous offre en Jésus.

Bernard Grebille

1 Marc 7.35

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Marc, chapitre 7, versets 31 à 37.

 

Categories: Besoins, Guérison Tags: