Archive

Archives pour la catégorie ‘Amour de Dieu’

Jeter ou réparer ?

06/06/2017
Commenter

L’amour couvre une multitude de fautes.
1 Pierre 4.8

Ce couple fêtait ses 60 ans de mariage. Le journaliste local leur a demandé le secret d’une si longue vie commune. Avec un brin de malice, ils ont répondu qu’ils appartenaient à la génération du réparable, et non à celle du tout jetable.
J’aurais aimé leur poser des questions subsidiaires : « Quel est votre mode de réparation ? Quand un couple croit que l’amour est mort, comment se remet-il sur les rails ? »
Gary Chapman, dans le livre « Les langages de l’amour », relate des expériences de couples qui ont vécu des changements grâce à une attention authentique portée à l’autre. Il a identifié cinq manières de faire savoir à son conjoint qu’il est aimé : les services rendus, les paroles valorisantes, les moments de qualité, les cadeaux, le toucher physique.
Nous aurions chacun un langage privilégié qui n’est pas forcément le même que celui du conjoint. Ainsi, une de mes amies, sensible aux moments de qualité, ne perçoit pas que son mari lui dit son amour lorsqu’il lui offre des cadeaux.
Pour entamer une réparation, je peux essayer de pratiquer les cinq langages et voir lequel est entendu par mon conjoint. Je l’utiliserai ensuite le plus souvent possible, même s’il n’est pas mon mode de communication habituel.
Du début à la fin de la Bible, nous entendons Dieu nous dire, de multiples manières, qu’il nous aime et que nous aussi devons aimer.

Elfriede Eugène

__________________
Lecture proposée : 1ère lettre Corinthiens, chapitre 13, versets 1 à 8.

 

Categories: Amour, Amour de Dieu Tags:

Fragilité et compassion

30/05/2017
Commenter

Enfin, entre vous tous, cultivez l’unité de cœur et d’esprit. Visez le même but. Qu’une bonne entente règne parmi vous : aimez-vous comme des frères. Témoignez concrètement votre compassion à ceux qui passent par une difficulté.
1 Pierre 3.8

« La compassion, c’est comprendre la souffrance et s’interroger sur elle, c’est être atteint soi-même… C’est parce que l’autre est souffrant et en danger que je l’accompagne, ceci parce que je sais voir en moi ma propre fragilité. » (Xavier Emmanuelli, fondateur de Médecins sans frontières et du SAMU Social.)
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’y a pas besoin d’être fort pour témoigner concrètement notre compassion envers ceux qui passent par une difficulté. Bien au contraire, c’est le sentiment de notre vulnérabilité et de notre propre fragilité qui ouvrira le chemin vers l’autre. Nous sommes tous mortels et faillibles dans nos meilleures intentions.
L’Évangile nous annonce que Jésus est venu offrir le pardon et la vie éternelle à tous ceux qui lui accordent leur confiance. « Oui, c’est par ses blessures que vous avez été guéris »1, écrit l’apôtre Pierre. Jésus s’est rendu fragile jusqu’à en mourir sur une croix par compassion pour nous. Recevons cette compassion dans nos cœurs, et nous pourrons à notre tour la transmettre à ceux qui passent par une difficulté.

Alain Monclair

1 1 Pierre 2.24

__________________
Lecture proposée : 1ère lettre de Pierre, chapitre 3, versets 8 à 17.

 

Categories: Amour de Dieu, Relations Tags:

Le langage des fleurs

21/03/2017
Commenter

Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu nous porte et nous y avons cru.
1 Jean 4.16

17-03-21-le-langage-des-fleurs-pacoC’est le premier jour du printemps, et des fleurs précoces attirent mon regard. J’en admire la structure et la grâce. Leurs cinq pétales sont des cœurs mauves qui jaillissent d’un soleil jaune.
Laurent Voulzy chante le pouvoir des fleurs :
« Changer les âmes, changer les cœurs avec des bouquets de fleurs… »
Moi aussi, j’ai besoin de voir mon cœur changé, car je me suis enfin décidé à visiter cet ami et collègue hospitalisé. Et j’avoue que cette visite me pèse. Que dire de sensé en présence d’un cancer qui semble progresser ? J’ai besoin de plus que de bouquets de fleurs pour m’encourager. Mais voilà que les fleurs du parc de la clinique semblent étirer leurs cinq pétales vers moi et me murmurer « Dieu est amour ! » Faut-il me le dire cinq fois pour que je le comprenne ? Lui, il est adroit pour toucher notre cœur ! Il est plein de tact pour comprendre notre douleur, et y répondre ! J’aime mon Sauveur parce qu’il m’a aimé le premier. Il a mis son amour en moi pour que je puisse réellement aimer mon collègue. Dieu l’aime aussi ! Il veut que celui-ci trouve en lui le salut et la vie !

Francis Schneider

__________________
Lecture proposée : 1 lettre de Jean, chapitre 4, versets 7 à 19.

 

« Tu fais toute ma joie »

01/03/2017
Commenter

Pendant que Jésus priait, le ciel s’ouvrit et le Saint-Esprit descendit sur lui. Une voix retentit alors du ciel : « Tu es mon Fils bien-aimé. Tu fais toute ma joie. »
Luc 3.21-22

Qui d’entre nous ne serait pas heureux d’entendre de telles paroles de la part d’un ami pperson-1317601_640roche, d’un parent, de son mari ou de sa femme ? Mais que dire si Dieu lui-même les prononce !
Or c’est bien ce que Dieu a affirmé au sujet de Jésus. Réalisez-vous ? Dieu a dit à Jésus : Tu fais toute ma joie. Waouh !
Mais savez-vous que vous pouvez, vous aussi, faire la joie de Dieu ? La Bible affirme qu’il y aura plus de joie au ciel pour un seul pécheur qui change de vie, que pour 99 justes qui n’en ont pas besoin1. Lorsqu’une personne réalise que son péché appelle le jugement de Dieu sur elle, décide de faire demi-tour en demandant pardon et reçoit Christ comme Sauveur et Seigneur, il y a de la joie au ciel et Dieu dit : « Tu fais toute ma joie ! »
Il n’y a rien de plus grand que de LE connaître et de vivre près de lui. Dieu nous remplit alors de paix et d’une joie que rien ni personne ne peut nous enlever.

Matthieu Gangloff

1 Luc 15.7

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 15, versets 1 à 10.

 

Categories: Amour de Dieu, Repentance Tags:

Une veuve heureuse

16/02/2017
Commenter

Dans sa jeunesse, Anne avait été mariée pendant sept ans, puis elle était devenue veuve et avait vécu seule jusqu’à 84 ans… Elle servait Dieu, nuit et jour, par le jeûne et la prière.
Luc 2.36-37

portrait-1611773_640Les sept courtes années de mariage d’Anne se sont terminées de façon dramatique par le décès de son mari. Or au 1er siècle, aucune aide sociale n’était organisée. La vie des veuves était donc particulièrement difficile. Elle aurait pu se plaindre de la difficulté de sa vie et être remplie d’amertume, car il lui manquait ceci et cela. Elle aurait pu en vouloir à Dieu qui lui avait « pris » son bonheur en reprenant son mari… Mais chez Anne, rien de tel. Elle sert Dieu, de tout son cœur, de toutes ses forces, malgré son âge avancé.
Qu’avait-elle découvert de si grandiose pour pouvoir vivre ainsi ? Elle avait découvert l’amour incroyable de Dieu qui dépasse les circonstances les plus terribles. Nous n’avons pas de réponse à la souffrance. Mais Dieu offre sa présence, il donne une paix et une joie profondes de se trouver simplement en sa présence. Les humains peuvent décevoir, les circonstances peuvent nous déstabiliser et nous mettre à terre. Dieu, lui, est toujours prêt à nous accueillir dans ses bras. N’ayez pas peur de vous y précipiter.

Matthieu Gangloff

__________________
Lecture proposée : Psaume 63, versets 1 à 6.

 

Categories: Amour de Dieu, Paix Tags: