Un trésor nommé la Bible !

23/06/2017

Un Éthiopien, ministre de Candace, reine d’Éthiopie, et surintendant de tous ses trésors […] lisait le prophète Ésaïe.
Actes 8.27-28

Ce ministre d’Éthiopie qui s’en retourne de Jérusalem est, à bien des égards, un homme remarquable.
En ce temps-là, un aller-retour d’Éthiopie à Jérusalem prenait plusieurs semaines, voire des mois. Sa fonction étant très importante, sa longue absence n’allait-elle pas le discréditer aux yeux de sa reine ? Voilà un homme qui a des priorités, et qui les vit !
Il lit le prophète Ésaïe. À l’époque, les copies des livres saints étaient rares et chères. Qu’importe, il avait su mettre le prix pour acheter ce rouleau. Cette petite partie de la Bible est déjà un trésor pour lui !
Enfin, quand Philippe, envoyé vers lui par Dieu, lui propose son aide pour comprendre ce qu’il lit, il accepte volontiers son offre. Il est humble !
Il lit le chapitre 53 du prophète Ésaïe, un des plus beaux textes prophétiques sur les souffrances et l’œuvre de Jésus-Christ. Philippe va lui montrer comment ce passage concerne les évènements récents de la crucifixion et de la résurrection du Christ et leur importance pour sa vie…
La Bible est vraiment un trésor. Il vaut la peine d’imiter cet Éthiopien en faisant de sa lecture une priorité.

Francis Rivère

__________________
Lecture proposée : Actes des Apôtres, chapitre 8, versets 26 à 39.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Bible, Salut Tags:

Patrimoine

22/06/2017

De précieux trésors et de l’huile sont dans la demeure du sage ; mais l’homme insensé les engloutit.
Proverbes 21.20

Ce que l’on trouve dans nos maisons n’est pas le fait du hasard. C’est le reflet de ce que notre vie a produit. Il n’est pas étonnant que la demeure du sage abrite des trésors que l’on ne trouve pas chez l’insensé. La cause en revient à la conduite de chacun.
Là où il n’y a ni réflexion, ni tempérance, ni sens de la responsabilité, il ne peut non plus y avoir ni provisions, ni trésor utile pour le futur. Il se peut que le sage gagne moins bien sa vie que l’insensé. Mais, au bout du compte, il s’en tire toujours mieux que lui.
Une seule chose explique dès lors ce curieux phénomène : la différence entre une vie réglée selon la sagesse et une autre dominée par la folie.

Gilles Georgel

__________________
Lecture proposée : Livre des Proverbes, chapitre 24, versets 30 à 34.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Folie et sagesse, Philosophies Tags:

Étancher la soif

21/06/2017

Ceux qui chantent et ceux qui dansent s’écrient : « Toutes mes sources sont en toi. »
Psaume 87.7

« À boire, à boire !… Je meurs de soif ! » Qui ne s’est jamais exprimé ainsi ? Qui ne s’est jamais senti pressé par la soif ? Le besoin d’eau est fondamental. En général, nous pouvons rapidement le satisfaire. Cependant, nous ne pouvons oublier tous ceux qui dans le monde meurent de soif. L’eau c’est la vie !
Jésus-Christ a parlé d’une autre eau, une eau spirituelle. À cette femme de Samarie dont l’Évangile nous raconte l’histoire1 et qui venait puiser son eau au puits, il dira : « Celui qui boit de cette eau aura encore soif. Mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. »
L’eau que Jésus nous offre a de quoi satisfaire les besoins de l’âme, les besoins spirituels du cœur. Le livre des Psaumes parle de l’âme qui peut être troublée, abattue, languissante, souffrante, triste, dans le chagrin. Nous avons expérimenté ces états d’âme. Dans un psaume célèbre2, le roi David déclare que Dieu, le Bon Berger, renouvelle son âme. L’enseignement de Jésus, le fils de Dieu, apporte la vie et renouvelle nos forces ! Comment ? En le recevant au fond de nous, il nous donne le repos du cœur. On comprend ceux qui chantent, dansent et s’écrient : « Toutes mes sources sont en toi. »

Francis Bailet

1 Jean 4.5-27           2 Voir la lecture proposée

__________________
Lecture proposée : Psaume 23.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Besoins, Nous et Dieu Tags:

Pour un peu de plaisir

20/06/2017

Demande ce que tu voudras et je te le donnerai.
Marc 6.22

Salomé était la fille d’Hérodias, femme illégitime d’Hérode. Elle a dansé devant Hérode et ses invités, et lui a plu ainsi qu’à ses convives. Il n’en a pas fallu plus pour qu’il lui fît l’imprudente promesse : « Demande ce que tu veux ». Promesse bientôt regrettée : elle ne demanda rien moins que la tête du prophète Jean-Baptiste !
Ne voit-on pas aisément nos contemporains prêts à donner leur âme – ce qu’ils ont de plus précieux – en échange d’un peu de séduction ? Le réveil vient toujours, et il est terrible ; mais on ne pense qu’à la satisfaction du présent !
Il est grand temps de se ressaisir, car le moment de rendre des comptes est bien proche. Est-il encore besoin de le dire ? L’actualité n’est-elle pas parlante ?
Jésus seul est digne d’être traité avec la largesse d’un Hérode. Lui seul est digne qu’on lui dise : « Demande ce que tu voudras ». Car lui seul s’est donné tout entier au prix de souffrances indicibles et jusqu’à être crucifié, pour nous accorder le pardon et la vie véritable.
Si nous l’avons compris, comment ne pas prendre en retour la décision de lui donner tout ce qu’il souhaite ? Or, ce qu’il demande, c’est notre cœur. Si nous l’aimons, le reste perdra tout son éclat et rien ne sera difficile à lui donner par-dessus.
Le don de nous-mêmes nous paraîtrait-il trop coûteux en réponse à son amour sans limites ?

Richard Doulière

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Marc, chapitre 6, versets 17 à 29.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Engagement, Vanité humaine Tags:

Courage !

19/06/2017

Que la paix soit avec toi, courage, courage !
Daniel 10.19

17 06 19 Courage pacoWaterloo : le nom évoque pour moi la défaite cuisante qui a précipité la chute de Napoléon. Dans le métro londonien, je suis assis près de la fenêtre. Le convoi vient de quitter la station de Waterloo. Un immeuble victorien m’intrigue : sur le mur de briques, peints en grandes lettres délavées deux mots : Take COURAGE !
Waterloo, nom d’une victoire pour les Anglais est pour les Français celui d’une défaite… Nous connaissons tous des défaites qui nous « -couragent », des Waterloo perso. Que faire alors ?
Dans ce métro, deux banquettes plus loin, une Antillaise ne se cache pas de lire la Bible. À l’évidence, c’est là que cette femme puise son courage. Sur le mont Golgotha, son Sauveur a été crucifié, lui le seul Juste. Quelle défaite ! Cependant, pour elle et pour moi, c’est LA victoire du Christ sur le péché et la mort. Même sans “station Golgotha” pour la commémorer…
Nous sympathisons, et nous nous « en-courageons » mutuellement. En attendant de nous revoir un jour à la céleste… “Victoria Station” !

Francis Schneider

__________________
Lecture proposée : Lettre aux Hébreux, chapitre 12, versets 1 à 3.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Choses de la vie, Chrétien Tags: