Liberté

25/05/2016

Alors il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »
Jean 8.31-32

statue-of-liberty-1045266_640En mai 68, un mouvement de révolte parmi les étudiants et ouvriers secouait la France. Dans la rue, les Français réclamaient plus de liberté. Les slogans exprimaient surtout le désir de s’affranchir de toute autorité et de toutes lois. Comme une résurgence du « Ni Dieu ni maître » d’Auguste Blanqui, on pouvait lire sur les murs : « Il est interdit d’interdire. » Avec ce genre de message, quelle que soit la part de légitimité des autres revendications, l’esprit de nos contemporains était dirigé vers un rejet de l’autorité de Dieu et vers l’adoption de nombreux laisser-aller coupables. Ses lois sont pourtant universellement imprimées dans nos consciences.
Comprenons que la liberté est le pouvoir d’user de notre volonté ! Or, nous constatons le contraire dans nos vies à tous ! D’un côté, nous voudrions faire toujours le bien et nous n’y arrivons pas… De l’autre, nous faisons le mal sans le vouloir ou sans pouvoir contrôler nos pulsions… Notre propre vie démontre que nous sommes privés de la vraie liberté.
Non, l’homme n’a pas dans sa poche la clef pour sortir de l’esclavage du péché ! Mais cette clef existe, elle est dans la main de Jésus qui a dit : « Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres. »1

Dominique Moreau

1 Voir la lecture proposée

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 8, versets 31 à 36.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Événements, Libérateur Tags:

Do not disturb

24/05/2016

Voici : je me tiens devant la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je dînerai avec lui et lui avec moi.
Apocalypse 3.20

« Ne pas déranger »…
error-728535_640Le petit carton suspendu à la poignée de cette chambre d’hôtel indique le souhait de ses occupants de pouvoir dormir à leur aise sans être réveillés prématurément par le personnel de service.
Il me semble que nous laissons souvent ce petit carton accroché à la porte de notre cœur… à l’adresse de Dieu ! Nous sommes si bien installés dans le confort de notre existence, de nos affaires, de nos habitudes… Nous ne souhaitons pas que Dieu vienne nous déranger, nous demander de mettre de l’ordre, de reconsidérer nos choix. Alors nous le laissons à la porte de notre vie ! Quelle erreur : il est un Père qui nous aime. Il veut notre bonheur et frappe à la porte. Le plus admirable c’est qu’il nous laisse libre de le laisser entrer ou non. Il ne force pas le passage, il ne s’impose pas à nous…
Je me souviens encore de ce titre d’une affiche apposée dans une église alors que j’avais une douzaine d’années : « Dieu vous dérange ? C’est qu’il vous manque ! » En effet quelle fête quand on laisse Jésus entrer dans sa vie ! Il le dit lui-même : J’entrerai chez lui et je dînerai avec lui et lui avec moi. C’est l’image d’un repas entre amis chers, d’une intimité de communion chaleureuse, d’une relation privilégiée… et cela avec Dieu ! Ne le laissons pas attendre !

Bernard Grebille

__________________
Lecture proposée : Psaume 145, versets 14 à 21.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Connaître Dieu, Nous et Dieu Tags:

Ses dernières paroles

23/05/2016

L’Éternel a donné, l’Éternel a repris, que le nom de l’Éternel soit loué !
Job 1.21

Un professeur de chirurgie était sur le point d’opérer un jeune agriculteur d’un cancer de la langue. Quelques étudiants entouraient la table d’opération pendant les derniers préparatifs. Le praticien avertit le malade que, dans le meilleur des cas, il devait s’attendre à perdre la parole après cette opération.
– Si vous avez encore un souhait ou quoi que ce soit à exprimer à haute voix, faites-le maintenant, lui suggéra-t-il. Et dites-vous bien que ce sont les derniers mots que vous allez prononcer. Quand vous vous réveillerez, après l’intervention, vous serez muet.
cross-1177327_640Tous attendaient avec curiosité le dernier message du jeune homme. Celui-ci ferma un instant les yeux, puis énonça d’une voix claire et ferme :
– Gloire à Jésus-Christ !
Les assistants en furent saisis, et le professeur eut de la peine à contenir son émotion. L’opération se déroula avec succès. La perte de l’usage de la parole n’empêcha pas ensuite le jeune chrétien de trouver sa joie dans son Sauveur ainsi qu’un sens à son service pour le Maître. Un jour viendra où sa bouche s’ouvrira de nouveau lorsque, dans son corps glorifié, il se trouvera dans la présence de son Seigneur.
La confiance en Jésus ne dépend pas des circonstances. Dieu accorde les forces et la foi à ceux qui reconnaissent sa souveraineté dans leur vie.

Frédéric Travier

__________________
Lecture proposée : Lettre aux Romains, chapitre 8, versets 37 à 39.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Chrétien, Confiance Tags:

Sagesse

22/05/2016

Nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu.
Romains 3.11

people-882078_640« Tous les hommes sont fous. Ceux-là seuls qui le savent sont sages. » Cette sentence est extraite de la pensée juive. C’est ce qu’affirme la Bible de diverses manières. L’apôtre Paul l’associe au fait de ne pas chercher Dieu. Rien de plus insensé, en effet, que de vivre comme si Dieu n’existait pas, comme si l’on n’était pas une de ses créatures, comme s’il ne nous avait pas laissé de mode d’emploi pour la vie qu’il nous prête !
Le reconnaître et se détourner de l’indifférence pour Le chercher, voilà, au contraire, qui fait de nous des sages. Le livre de Job, l’un des livres de la Bible l’affirmait déjà : Voici, la crainte du Seigneur, c’est la sagesse ; s’éloigner du mal, c’est l’intelligence.1 Affirmation d’ailleurs cinq fois répétée dans la Bible.
Mais on n’aime pas parler de crainte… encore moins de s’éloigner du mal (à part de celui qu’on nous fait !)… C’est dommage, car la sagesse commence vraiment par la crainte de Dieu. L’auteur de l’épître aux Hébreux va jusqu’à l’appeler un feu dévorant !
Bien sûr, celui qui commence par craindre Dieu découvrira bientôt en Lui le plus tendre des pères. Mais nous ne connaîtrons jamais la fin si nous ne commençons pas par le commencement ! Autre brin de sagesse élémentaire. Non ?

Richard Doulière

1 Job 28.28

__________________
Lecture proposée : Lettre aux Hébreux, chapitre 12, versets 25 à 29.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Folie et sagesse, Nous et Dieu Tags:

La tendresse du Seigneur sur nous !

21/05/2016

Que la tendresse du Seigneur, notre Dieu, repose sur nous tous !1 Fais prospérer pour nous l’ouvrage de nos mains ! Oh oui ! Fais prospérer l’ouvrage de nos mains !
Psaume 90.17

mother-787629_640Nos sociétés ont fait de la force la référence en oubliant que tous, hommes ou femmes, ont besoin de tendresse et de douceur. Puissent-elles venir sur nous, reposer sur nous ! C’est ma prière pour moi et pour vous aujourd’hui.
Quel que soit notre âge, demeurent en nous, si nous avons pu les vivre, les moments où nous venions nous blottir dans les bras de notre père ou de notre mère. Nous recevions alors d’eux la douceur et la tendresse dont tout être humain a besoin pour exister, pour se former et devenir adulte.
Le psalmiste voit Dieu comme un père dont il attend la tendresse à laquelle il aspire et qu’il lui demande.
Comme ma petite fille vient rechercher des câlins, allons en ce jour dans les bras de notre Père céleste qui nous attend, nous ouvre les bras et se plaît à nous y accueillir.
Comme un enfant, demandons à Dieu de consolider notre vie, de faire prospérer l’ouvrage de nos mains. N’oublions pas que ce psaume est attribué à un des plus grands hommes de Dieu, Moïse. Nous avons besoin non seulement de la force de Dieu, mais aussi de sa douceur, de sa tendresse.

François-Jean Martin

1 Une autre traduction en est : Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu !

__________________
Lecture proposée : Psaume 90.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Amour de Dieu, Besoins Tags: