Auto-stop

31/07/2016

Je chercherai la brebis qui est perdue.
Ézéchiel 34.16

road-1536748_640Dieu connaît ceux qui souffrent et il compatit à leurs douleurs. Il utilise souvent épreuves, angoisses ou désespoir pour attirer les humains à lui. Dieu peut chambouler les projets de ses enfants pour venir au secours de ceux qui gémissent.
Un pasteur de la région de Sloudka, en Russie, avait raté son bus en direction de la taïga. Il marcha alors longuement, en pleine nuit, sous une pluie glaciale. Aucune des rares voitures qui passaient ne daigna l’emmener. Enfin une grosse, luxueuse voiture s’arrêta. Voyant les sièges en cuir, le pasteur, complètement trempé, ne voulut pas monter. Mais le chauffeur insista tant qu’il s’y assit.
Apprenant que le passager était pasteur, le conducteur lui dit : « Pourriez-vous prier de suite pour Mourti, parce qu’il est en danger de mort. » À la fin de la prière, le conducteur pleurait à chaudes larmes. Voyant l’air interrogateur de l’auto-stoppeur, il lui dit : « Mourti, c’est moi ! Je suis désespéré et j’ai décidé de me suicider cette nuit dans la forêt. Mais avant cela, j’avais le désir de parler une ultime fois avec quelqu’un. C’est vous que Dieu a mis sur mon chemin. Que m’importent les sièges mouillés. Je vous dois une grande reconnaissance. » Au prochain carrefour, Mourti déclara : « Il faut que je rentre maintenant chez moi ! » Il déposa le pasteur et repartit sauvé.1
Prière : « Merci Seigneur, car tu me vois et tu me connais, et tu m’attires à toi avec amour. »

Théophile Hammann

1 d’après Le Messager de la Paix, n° 126.

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Ézéchiel, chapitre 18, versets 21 à 32.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Prière, Souffrance Tags:

Le danger de la religion

30/07/2016

Ils resteront attachés aux pratiques extérieures de la religion, mais, en réalité, ils ne voudront rien savoir de ce qui en fait la force.
2 Timothée 3.5

praying-25596_640Selon le Talmud, « si Israël se repentait un seul jour, le Fils de David arriverait immédiatement. » L’auteur anglais G.B.Shaw a écrit : « Le christianisme serait probablement une bonne chose si quelqu’un l’avait jamais essayé. »
On voit tout de suite à quoi ces citations très différentes font référence. Le plus grand danger pour les chrétiens, ce n’est pas la persécution ou les athées, ou une autre religion. Le vrai danger est que leur foi se mue en religion : se contenter des apparences en refusant l’obéissance radicale à Christ. La religion est la “distraction” de la foi. Comme un cancer, elle ronge la foi de l’intérieur. Peut-on y faire quelque chose ?
Avez-vous besoin d’assainir votre vie spirituelle ? L’apôtre semble y faire référence. « Observez ma vie et suivez mon exemple ! » dit-il en spécifiant ce que ça veut dire1. Tenez ferme. Le compromis évite l’opposition. Il vous rend invisible. Veillez contre le danger de vouloir connaître plus sans vouloir faire plus, d’aller à l’église sans vous attacher réellement à Dieu. Bâtissez votre vie sur le roc de la Parole de Dieu, de toute la Parole de Dieu. Elle vous rendra utile devant Dieu.
Ne vous laissez pas distraire !

Egbert Egberts

1 voir la lecture proposée

__________________
Lecture proposée : 2ème lettre à Timothée, chapitre 3, versets 1 à 17.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Incrédulité, Religion Tags:

Dieu pourvoit

29/07/2016

Donne-nous aujourd’hui le pain dont nous avons besoin.
Matthieu 6.11

Le pasteur Henke était assis dans son bureau lorsque sa vieille servante apparut et lui demanda de l’argent afin de pouvoir acheter du riz et de la viande pour le repas de midi.
– Je n’en ai pas.
– Dois-je en emprunter ?
– Non.
– Que dois-je cuire ?
– Rien.
– Vous ne voulez rien manger ?
– Si, bien sûr.
– Où ?
– Ici, dans la salle à manger ».covered-1347933_640
La vieille secoua la tête et sortit.
Il était midi et le pasteur demanda que l’on mette la table.
– Pour qui ?
– Pour nous, bien sûr.
– Mais nous n’avons rien !
– Nous aurons suffisamment.
La table fut mise et Henke prononça la prière. À cet instant, on frappa à la porte. Le serviteur d’un riche commerçant entra suivi d’une servante. Tous deux portaient de lourds paniers. Leur maître attendait des invités – qui ne sont pas venus. C’est pourquoi il envoya son superflu à son cher ami.
« Quelle foi ! » direz-vous. Jésus n’a-t-il pas dit : Voyez ces oiseaux qui volent dans les airs […], votre Père céleste les nourrit. N’avez-vous pas bien plus de valeur qu’eux ?

Alfred Kuen

__________________
Lecture proposée : Lettre aux Philippiens, chapitre 4, versets 4 à 8.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Besoins, Foi Tags:

Le pas de la foi

28/07/2016

Par la foi, nous comprenons que l’univers a été harmonieusement organisé par la parole de Dieu, et qu’ainsi le monde visible tire son origine de l’invisible.
Hébreux 11.3

light-1313547_640Nos sens ont une échelle de perception limitée. Notre oreille ne perçoit ni les infrasons ni les ultrasons. Notre œil n’est sensible qu’à une fraction du spectre lumineux et nous ne voyons ni l’infrarouge ni l’ultraviolet. Il en va de même pour notre odorat, notre perception du goût ou du toucher… À cet égard, bien des animaux nous sont largement supérieurs !
Il est étrange que, alors que nous reconnaissons volontiers nos limites sensorielles, nous soyons beaucoup moins enclins à admettre les limites de notre intelligence ou de notre raison. Nous avons du mal à accepter notre incapacité à répondre par notre seule science à certaines questions fondamentales : d’où vient l’univers, pourquoi le monde existe-t-il, qu’y a-t-il après la mort… ? Il nous faut franchir un grand pas, le pas de la foi, pour avoir l’humilité de reconnaître qu’il y a des réponses qui nous échappent et que seul Dieu a la compréhension de toutes choses.
Par la foi, nous pouvons recevoir les réponses que Dieu nous apporte par sa Parole ou par la conscience qu’il a mise en chacun de nous. Par la foi, nous pouvons comprendre qu’à l’origine de cet impressionnant et merveilleux univers, il y a un Dieu invisible, mais cependant bien réel, qui a un projet d’amour pour chacune de nos vies.

Bernard Grebille

__________________
Lecture proposée : Psaume 19.

 

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: Création, Foi Tags:

J’y suis pour quelque chose

27/07/2016

Alors Pilate […] le leur livra pour qu’on le crucifie.
Marc 15.15

27656505894_104878bf24_mDevant les nombreuses injustices dans ce monde, les indignations fusent facilement.
On trouve des responsables, des coupables : les dirigeants du pays, les riches, les employeurs, les syndicats, les anarchistes, les terroristes, la mafia, les étrangers… Les autres de toute façon !
Si je veux rester honnête, je trouve bien des domaines où ma façon de vivre contribue à l’injustice collective.
Pour la plus grande des injustices commises, la crucifixion de Jésus – lui, le seul homme juste –, on a aussi trouvé des coupables : Pilate, les Romains, les pharisiens, les Juifs… Est-ce qu’à l’instar de Pilate, nous nous en lavons les mains ?
Mais cette mort, nous y sommes tous pour quelque chose. Moi aussi. C’est à cause de mon péché, c’est pour nous réconcilier, me réconcilier avec Dieu que Jésus est mort. Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même.1 Ou bien refusons-nous simplement l’idée de cette mort parce qu’elle soulève la question de notre culpabilité ?
Nier la réalité de mon péché ne l’enlève pas pour autant. Nier mon implication dans les faits qui se sont déroulés le Vendredi Saint me prive tout simplement de ma seule chance de réconciliation avec Dieu.
Oui, j’y suis pour quelque chose. Mais heureusement la réalité ne s’arrête pas au Vendredi Saint : Jésus est ressuscité !

Elfriede Eugène

1 2 Corinthiens 5.19

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 23, versets 13 à 24.

Photo Credit: Mishifuelgato via Compfight cc

Ce texte peut être écouté ici :

 

Categories: La croix, Péché Tags: